quelques extraits de la correspondance avec jacques

20070121: du Hobbit de Flores à Le Pen

20070121: J envoie à Wergosum un extrait du site de la BBC: ** Hobbit cave digs set to restart ** (cliquer ici), Archaeologists who uncovered the “Hobbit” have been given permission to restart excavations at the cave where it was found avec le commentaire: l’Asie du SE peut revéler bien des surprises: la difficulté c’est de trouver des restes étant donné le climat, la faune et la flore”

20070125, Wergosum à J: Eh ben, voilà une bonne nouvelle. Nous allons enfin savoir, mais même si on trouve 5 mini-crânes, il y en a qui vont parler de nanisme proportionnel, dont on connait une famille de 19 membres au Pakistan (voir Bloom Syndrome sur wikipedia et www.bloomsconnect.org)! Les Russes ont toujours eu une approche assez intéressante sur l’interprétation des contes de fées. Tu te dis: “voilà qu’il fait du coq à l’âne”! Pas du tout, et je t’explique pourquoi. Les Européens de l’ouest et les Americains donnent des contes de fées une interprétation psychanalytique, genre Bruno Bettelheim. C’est amusant, mais faut être réceptif. Les Russes, par contre – matérialisme oblige – , dont surtout Wladimir Propp, considèrent que les contes sont, au départ, des récits qui ont une base historique parfois très profonde. Par exemple, nous parlons de nains et de géants parce que nos ancêtres ont effectivement connu des géants et des nains, des ogres etc (sans aller jusqu’au chat botté). Je vois bien Néanderthal dans le rôle de l’ogre et du géant. Il nous fallait un nain: nous l’avons! Soit dit en passant, les archétypes de Jung sont une espèce de lamarckisme mental qui colle avec l’approche historique. Plus fort: savais-tu que certaines constellations ont le même nom dans des civilisations très distantes, par exemple la grande ourse a ce nom chez les grecs et chez les Amérindiens… ce qui indique une profondeur historique de l’ordre de 45000 ans au moins même si, comme certains le pensent maintenant, le peuplement s’est fait en plusieurs vagues dont sans doute l’une ou l’autre par la mer au niveau du Mexique (par le pacifique). Neanderthal et le hobbit sont tous les deux bien plus récents que le nom des constellations…

20070125, J à Wergosum: Je vois que tu as lu le même article que moi dans le Scientific American sur la datation des constellations !!! Moi, je ne crois pas qu’il faille nécessairement prendre parti entre russes et Bettelheim (j’ai lu cela à une époque où les Hobbits des Flores existaient encore, donc mes souvenirs sont nébuleux… obscurcis comme on dit justement par la nuit des temps). Maintenant, je dois dire que chez les Pakistanais tout est possible : c’est une population ultra mélangée. Donc il peut très bien y avoir une base historique, mais rien n’empêche qu’elle ait été retravaillé par nos peurs, fantasmes, etc. Donc si les Néandertahl ont coexisté avec nous pendant des milliers d’années, et ce d’autant plus qu’ils étaient plus costauds, supportaient sans doute mieux le froid, etc, ils ont dû frapper l’inconscient collectif : petit, mange ta soupe ou je te donne à bouffer au Neandertahl du coin ! Après tout il suffit de se souvenir combien les Romains avaient la trouille des Germains dont ils soulignaient toujours la taille et la force, et inversement la condescendance pour les Méditerranéens… Les Vikings, dit-on aimaient bien boire leur hydromel et cervoise dans des cranes… L’ogre a disparu sans doute très récemment. N’oublions pas non plus les populations négroïdes de l’Europe du sud, par exemple, l’Homme de Grimaldi près de Menton : une vague récente d’Afrique ? Quant au chat botté… on dit bien que le chat est le seul animal qui a complètement réussi la domestication de l’homme ! Une chose que je ne vois pas, c’est comment les Le Pen et autres peuvent croire à la notion de race ?!

20090625: La musique a causé la fin des Néanderthaliens

Wergosum à J, un email sous le titre “la musique a causé la fin des néanderthaliens” qui contenait une citation de http://www.sciencedaily.com/releases/2009/06/090624213346.htm, “music seems to have contributed to improved social cohesion and new forms of communication, which indirectly contributed to demographic expansion of modern humans relative to the culturally more conservative Neanderthal populations”, avec le commentaire suivant “au-delà des interprtétations hasardeuses, la flute de Hohle Fels, c’est intéressant. Tu as vu sur le site BBC sans doute.!”

Réaction de J: Je n’irais pas jusqu’à oser dire que c’est du pipeau, mais presque. Le problème sur le site de la BBC, c’est qu’on ne peut faire de commentaires… On pourrait tout aussi bien affirmer que l’on jouait de la musique militaire qui a facilité l’extermination des pov Néander! Une question me tracasse: on sait maintenant qu’il y a eu des séries de dispersion de différents hominidés hors d’Afrique depuis sans doute plus de 2 millions d’années: Homo ergaster… Tous ces cousins ont disparu: les dispersions démontrent une certaine capacité d’adaptation, mais … Si, comme disent certains, nous ne sommes pour rien dans la disparition du Néander, alors si notre Homo sapiens n’était pas sorti de la cuisse de Jupiter il y a 120 000 ans, il n’y aurait plus d’espèce humaine sur la planète. Our track record n’est pas trop bon!

20090624: Predomestication granaries in Jordan

Wergosum envoie à J un article de PNAS sur “Evidence for food storage and predomestication granaries 11,000 years ago in the Jordan Valley” par Ian Kuijt et Bill Finlayson (http://www.pnas.org/content/106/27/10966.full.pdf+html)

Réaction de J: Très intéressant. J’ai vraiment apprécié l’angle de 7° pour permettre à l’humidité de s’échapper. La vieille vision de la révolution agricole est peu à peu complètement changée. Il faut des approches beaucoup plus sophistiquées et les percevoir comme ayant vraiment nos capacités: si quelque chose ne se fait pas quand cela pourrait être fait, c’est qu’il y a d’autres facteurs, ce n’est pas parce qu’ils n’avaient pas la capacité. Comme les Grecs avaient déjà fait les plans de la machine à vapeur, mais ils n’avaient pas la métallurgie appropriée. Ce qui serait vraiment intéressant serait de prospecter un peu systématiquement les autres zones de domestication des plantes (maïs au Mexique, riz, etc). Pour voir si l’on retrouve des processus similaires…

20091027: La peste

Question de Wergosum à J: je lis un enième bouqin sur la grande peste, et l’auteur (Angel Blanco) prétend que les mouvements de population qui ont suivi la peste sont “plus importants” que les invasions barbares. Evidemment, il faudrait définir les choses de façon plus précise, mais sinon, tu en penserais quoi? Il dit aussi que la peste modifié les rapports hommes/femmes, dont les rapports numériques!

Réponse de J: On ne peut que faire des suppositions… je ne pense pas qu’il existe des données, mais probablement des anecdotes et récits de chroniqueurs: en les analysant il est peut-être possible d’en sortir quelque chose. Les 14ème et 15ème siècles sont des périodes très troublées, donc il est difficile déjà d’estimer les pertes dues à la peste (il y a aussi plein de guerres, dont celle de Cent Ans…), donc trouver des changements dans le rapport de masculinité me semble difficile à mettre en évidence! Evidemment, les femmes ont un rôle de soignante et sont ainsi peut-être plus exposées au bacille, elles sont dans la cuisine et ainsi plus proche des rats… On sait que les boulangers ont plus souffert que les forgerons: là on est certain car les professions étaient rangées par rue… Ce qui est possible, par contre, c’est que la pénurie de survivants aient permis aux femmes d’améliorer leur condition, exactement comme les paysans…

Quant à affirmer “que les mouvements de population qui ont suivi la peste” sont “plus importants que les invasions barbares”, cela me semble osé. C’est le genre de chose que je pourrai t’écrire sous le coup d’une inspiration subite, mais que j’hésiterais à écrire dans un livre!!! On ne sait toujours pas quelle était l’importance numérique des invasions barbares: les effectifs et les impacts peuvent être dissociés. Les invasions se sont produites sur plusieurs siècles et je vois mal l’agent romain demandant au Goth armé d’une francisque de bien vouloir s’arrêter le temps nécessaire pour remplir un questionnaire! Les invasions barbares sont des mouvements du nord, extérieur à l’Empire, vers le sud dans l’Empire (voir Astérix chez les Goths- moi j’ai des sources!). Les mouvements provoqués par la peste doivent être surtout des mouvements internes dans une Europe morcelée. Il peut y avoir des mouvements rural-urbain, mais sur de longues distances? Je ne doute pas qu’il y ait beaucoup de mini mouvements dans la confusion: mettre la main sur les terres et l’immobilier des propriétaires morts, emplois à remplir dans les villes… recrutements militaires et dans les bandes… Il me semble que l’on compare ainsi des choses très différentes et impossibles à estimer quantitativement…

20091210: Chat alors!

Comme toujours avec Jacques, on ratisse très large, et la moisson en vaut le coup… Nous discutons le dernier machin sur le SIDA, où il est question de petits bouts d’ADN de “chat” (lire: tigre ou lion) qui sont, apparemment depuis longtemps (un million d’années?), intégrés au génome du virus HIV. On en vient à parler du bel article du Scientific American sur la domestication du chat (juin 2009). Ce que j’ai retenu de l’article, c’est que (1) le chat n’est pas un animal domestique au même titre que le porc et le chien; (2) le chat est un, comme Dieu et (3) on peut faire des croisements interspécifiques chez les chats!

le_chatLa réaction de Jacques: On dit du chat que c’est le seul animal qui a parfaitement réussi la domestication de l’homme… Cela me semble assez clair que dès que l’on a commencé à collecter des graines plaisant aux rongeurs, ce pourrait donc être antérieur à la culture de céréales, les chats se ‘domestiqueraient’… La question est pourquoi une seule espèce de félin a suivi ce processus: pourquoi pas les lynx, etc?

Les chats sont des animaux complexes: le mien sait avant moi lorsque je tombe malade: il commence à m’apporter des souris qu’il pose sur le sol de la cuisine et arrête dès que je vais mieux. En fait, étant donné le rôle des céréales, le chat est particulièrement utile. Il ne doit pas exister chez les éleveurs? Dans ma maison, la famille qui la gardait et avait plusieurs chiens et devait utiliser des raticides. Depuis mon retour, grâce à un chat, je n’ai jamais eu un problème. Approche écolo! De plus mon chat ne touche pas les oiseaux. Il y a un nid sur une poutre dans le garage et il se met sur le toit et tient compagnie aux oiseaux alors qu’il pourrait d’un petit bond les atteindre. Il chasse de façon très organisée découpant le terrain en secteurs. Il vide un secteur, puis passe au suivant. Dans la maison il fait de la prévention: il fait le tour parfois en gueulant. Il réussit aussi à attraper les loirs ce qui est très difficile. Là il fait une collection de trophées: il rassemble les queues dans une toilette.

20100210: Orient, Occident et Neanderthal!

Vers la fin de 2009 et le début de 2010, par une de ces séries de coïncidences dont le hasard a le secret, la grande presse s’est fait l’echo de plusieurs découvertes archéologiques qui rappellent que des échanges ont eu lieu assez tôt entre l’Occident et l’Orient. J’avais lu, in illo tempore, le livre de Jean-Noël Robert De Rome à la Chine, Sur les routes de la soie au temps de Césars (Les Belles Lettres, 1993, 390 page). Le livre m’a laissé un mauvais souvenir, sans doute parce que je l’ai trouvé ennuyeux, péché mortel pour un livre!

Les découvertes dont le parlais ci-dessus comprennent le squelette d’un Asiatique dans le Sud de l’Italie (cliquer ici ou ici ou ici ), un pantalon taillé dans une tenture hellénique en Chine (voir aussi sampul dans wikipedia) et le corps d’une occidentale en Mongolie.

Voici la réaction de Jacques… qui dérape aussitôt et repart dans une autre direction.

Je suis étonné que l’article ne mentionne pas le Tokharien qui, si mes souvenirs sont exacts, était une langue indo-européenne de l’ouest de la Chine il y a environ 3000 ans??? Comme Cavalli Sforza le montre, s’il y a une langue indo-européenne, il doit y avoir de l’ADN correspondant.

J’ai vu qu’il y avait deux autres article intéressant dans le même ‘numéro’ (cliquer ici et ici) et du coup je me pose quelques questions!

Tout d’abord si d’autres hominidés, mêmes autres que Neandertal, avaient des capacités plus développées que l’on imaginait, les causes de leur disparition prennent plus d’acuité… En effet, ces capacités insoupçonnées expliquent mieux pourquoi les hominidés ont pu transgresser la barrière de la latitude: les migrations d’espèces se font surtout dans les mêmes écosystèmes qui sont délimités au nord et au sud par des barrières de latitude qui obligent pour les franchir à la capacité de s’adapter. Ainsi les premières sorties d’Afrique remontent à près de deux millions d’années. La disparition de ces hominidés est souvent expliquée par des changements climato-écologiques en raison d’une faible capacité d’adaptation. Mais si ces cousins avaient des capacités d’adaptation importantes, alors pourquoi ont-ils disparu? Les questions que l’on se pose pour le Neandertal se posent, ceteris partibus, pour ces espèces aussi. Du coup, on ne peut que se demander, à l’inverse, si homo sapiens sapiens (nom reflétant une hubris dangereuse) ne souffrirait pas par hasard sans le savoir des mêmes facteurs de vulnérabilité?

L’article sur les voyages maritimes vers la Crète à partir de l’Afrique il y a plusieurs centaines de milliers d’années (heureusement il n’y avait pas encore Eric Besson!) soulève bien des questions. Je suppose que l’on devrait trouver les mêmes outils en Sardaigne et en Corse? Il est vrai que cela peut dépendre des courants marins. La traversée suppose au minimum la construction de radeaux. Naturellement il y a des opérations intellectuelles pour la construction proprement dite: si on peut tailler un beau silex, alors ce n’est peut-être pas plus compliqué??? Mais il est plus intéressant est de se demander pourquoi ces hominidés voulaient construire un radeau, pourquoi en éprouvaient-t-ils le besoin? Cela me semble impliquer des processus mentaux complexes, la capacité de discuter et donc un langage et une communication dépassant les stéréotypes!

Ceci m’amène à ma dernière question pour le moment et qui peut paraître farfelue. Les paléontologues procèdent du centre vers l’extérieur, c’est à dire de l’objet, de l’os vers ce qui est autour comme les sédiments, les pollens… afin de les situer dans un contexte. Très bien. Comme on part de ce que l’on trouve on a une vue limitée et orientée par ce qui a survécu: silex… Mais je n’ai pas vu la démarche inverse… Je me trompe peut-être, mais il me semble que cela pourrait compléter ou du moins ouvrir de nouvelles pistes à explorer. Je m’explique, du moins j’essaye car ce n’est pas encore très clair dans ma tête! Les hominidés habitant l’Afrique du Nord et qui ont pris les premières croisières du Club Med, devaient être entourés de bêtes pas toujours commodes comme des lions… Cela impliquait des stratégies pour réduire la sécurité alimentaire des félins par la protection de l’habitat, par des mouvements en groupe plutôt qu’individuels, l’utilisation de bois, d’épineux pour faire des clôtures… Si c’était le cas alors ces hominidés devaient pouvoir faire des tas d’autres choses.

Bref, ils étaient peut-être moins ‘primitifs’ qu’on se plaît à l’imaginer! Ainsi pourrait-on imaginer une dialectique entre l’environnement, les techniques trouvées et vice versa ce qui permettrait d’avoir peu à peu une vue plus “holistic”.

C’est grave, Docteur?!

20100212: Où sont les terres les plus fertiles, et pourquoi?

Gare à l’eau! Femme vidant son pot de chambre par la fenêtre.

En réaction à l’article de Fedoroff et al. paru aujourd’hui dans Science 327, 833 (2010): Radically Rethinking Agriculture for the 21st century.

Je ne savais pas que les rendements agricoles avaient tellement baissé pendant notre célèbre canicule de 2003 (ceux de la mortalité ont au contraire été boostés)…

Remarque sur le rôle de l’extension de l’urbanisation: on souligne toujours les terres agricoles bétonnées, mais ce qui est important c’est que c’est combiné avec le fait que ces terres sont en général particulièrement fertiles: en effet, un des facteurs dans le choix des emplacements de l’habitat humain est justement la qualité des terres… D’ailleurs, dans les pays méditerranéens où les villages sont toujours perchés, on explique ce fait par des soucis de défense, c’est vrai, mais le fait de les mettre sur des rochers évitait justement de réduire les terres arables. Naturellement, la qualité était améliorée par des générations pissant ou vidant leur pot de chambre par la fenêtre!

Gravure de Michael Greyff, Reutlingen,1494; Source: cliquez.

césar et ciceron

Wergosum à J, en parlant d’un livre de Goudineau, soit de “César et la Gaule” ou peut-être “Le dossier Vercingétorix”. Je disais ceci: j’ai trouvé sa présentation de César excellente. Manifestement un ambitieux hors du commun, mais avec du répondant. Pour Cicéron, je ne l’ai jamais pratiqué en dehors de mes cours de latin du secondaire. J’ ai été frappé par le fait qu’il défendait des causes tellemement multiples que la moitié au moins devait être douteuse… mais alors, c’est le métier d’avocat qui veut çà, non? Goudineau le présente comme un opportuniste sans grande envergure: ça ne m’étonne pas.

Réaction de J: Nos enseignants sont toujours incapables de présenter une antiquité grecque et romaines autrement qu’à travers le prisme de leurs fantasmes!J’ai une Littérature gréco-romaine : anthologie historique, publiée en 1994 et qui a tout un chapitre sur les vertus de Cicéron avec des sections comme : L’humanisme de Cicéron, etc. Insistant que sa réussite est entièrement due à ses qualités intellectuelles et morales…. Comme toi, déjà au lycée, même avec les morceaux ” choisis ” qu’il fallait traduire, je voyais surtout une crapule opportuniste. Le problème c’est que nos enseignants sont encore trop souvent des linguistes et des grammairiens qui ne comprennent pas grand’chose au développement ! C’est pour cela qu’un livre comme celui de Goudineau est intéressant, il n’essaye pas de maquiller la réalité.

halibut

20010220 (AM à J): Halibut = flétan (1558: néerl) “grand poisson plat des mers froides, à chair blanche et délicate

20010220 (de J à AM, copie à Wergosum): J’ai évidemment regardé de mon côté et il semble que les deux mots (anglais et français) dérivent du Néerlandais ! Le premier ayant comme sens que c’est un poisson excellent pour les jours de fête et l’autre le nom courant du poisson. La question que je me pose est la suivante : les hollandais ont fourgué le même poisson à deux pays différents avec des noms différents, pourquoi l’anglais et le français n’ont pas le même nom ? Je ne sais trop comment trouver la réponse et j’envoie une copie de ce courrier à un ex-collègue et néanmoins ami (…): il n’est pas ichtyologiste, mais très curieux (ce qui est plus important) et de surcroît belge et donc très au fait des choses de ces pays hyperboréens (du moins dans ma cartographie méridionale) et il a peut être quelques idées. En attendant, il me revient en mémoire qu’au moment de Vatican II, lorsque le pauvre Jean XXIII essayait de nettoyer les écuries d’Augias des caves du Vatican, il était ressorti que le poisson obligatoire du vendredi était un coup monté des marchands de poisson des Pays Bas afin de relancer la vente de leur produit qui souffrait de désaffection…. Si l’on rapproche de cela le fait que l’Angleterre venait de virer au protestantisme et que c’était du bon marketing que de raccrocher le poisson que l’on voulait vendre aux fêtes protestantes, un nom comme ” Halibut” était un bon emballage. Par contre, en France, on devait être plongé dans les guerres de religion et le marché devait être moins intéressant , d’où le nom vulgaire ?????? Peut être le soleil de la balade a trop frit mes neurones hier en altitude !

20010222 (Wergosum à J et A): figurez-vous que nous avons, en Belgique, un nom pour le halibut: l’elbot, mot très courant, et qui sonne mieux que halibut. Annie me dit que l’elbot est du flétan fumé, mais le Petit Robert n’est pas du meme avis. Le Larousse Gastronomique (LG) ne connait rien entre élan et électroménager! Pour le flétan (poisson d’eaux froides), le LG signale que les amateurs assurent que sa chair est aussi fine que celle du turbot. Notez que le “bot” de turbot n’est pas sans rappeler le “bot” de l’elbot! Le dictionnaire historique de la langue française estime que le “bot” du turbot est d’origine incertaine, peut-etre du néerlandais “butr”, barbue (tur-bot= thorn butr, épineux butr).

20010222 (A à J et Wergosum): Here is today’s dose of halibut! De Alan Davidson, “North Atlantic Seafood”, au sujet de Halibut:

  • French          Flétan
  • Dutch           Heilbot
  • German          Heilbutt
  • Polish          Halibut, Kulbak
  • Russian         Paltus
  • Swedish         Hälleflundra
  • Norwegian       Kveite
  • Danish          Helleflynder
  • Icelandic:      Luoa, Flyora, Heilagfiski

Alan Davidson quotes the Canadian author F.W. Wallace on catching a halibut, no mean feat for “It will spin round like a whirling top, thereby making the job of giving him the quietus with the “killer” an exceedinly difficult one. For perhaps a minute or two, there is spray and profanity flying, punctuated by dull thuds of the club on the halibut’s snout …” He had seen men’s wrists broken in such a mêlée.

20010225 (Wergosum à A et J): je n’ai malheureusement pas emporté le dictionnaire éthymologique allemand de mon père, mais ce sera fait pour la mi-avril. Note que le “butt” existe dans pas mal d’autre mots, par exemple Hagebutte, le cynorodon (fruit de l’églantier). Le Sprach-Brockhaus indique que Butt designe tous les “knopfförmige Früchte”, les fuits en forme de bouton (bouton floral).

20010225 (J à A et Wergosum): Je pense avoir trouvé, non pas une, mais deux solutions au problème de butt! La première me permet de trancher littéralement : j’ai acheté un filet de flétan que je vais cuire demain soir; la seconde provient de Bloomsbury Dictionary of Word Origins et permet de réconcilier le paradoxe du poisson plat tout en étant “knopfig”! En effet but = flatfish, a borrowing from Middle Low German but which probably denoted etymologically “stumpy”. Le flétan doit avoir une peau qui n’est pas lisse, mais bosselée. Ayant acheté un filet de flétan, je ne puis
observer la peau pour vérifier! Quant au Hagebutte , je le connais sous forme d’un sirop délicieux que mes filles devaient avaler en raison de ses vertus préventives contre, je crois, le rhume !

jacques (à droite) traverse l’atlantique à l’âge de 4,5 mois

Jacques

La PanAm a introduit des vols réguliers en Boeing 314 “Clipper Flying Boat” entre New-York et Marseilles en juin 1939 (74 passagers), avec escale aux Acores ou en Irlande. Les vols ont continué à partir de Lisbonne pendant la guerre. J. en était le 13 juin 1941, et le New York Herald Tribune a célébré son arrivée!

la langue des étrusques

Wergosum a envoyé à J le livre “L’enigma svelato della lingua etrusca. La chiave per penetrare nei segreti di una civiltà avvolta per secoli nel mistero”, de Giulio Facchetti.

lingua_etruscaRéaction: Le livre, Lingua Etrusca, vient d’arriver. Je t’en remercie d’autant plus vivement que sans le faire exprès tu es tombé sur le jour de mon anniversaire. Je ne peux pas dire que je l’ai même feuilleté, mais je vois qu’il est plus que récent et couvre même des choses comme mle texte de Crotone, sans parler des bandelettes de Zagreb. Je suis très content de l’avoir. Lorsque l’auteur rejette la notion de ” mystère ” pour les étrusques, cela me rappelle ce que disait Alfred Sauvy dans ses cours : ” lorsque l’on parle de ” miracle ” (à cette époque là, tiens, tiens: allemand), c’est qu’on n’a rien compris ! “. Une des difficultés résidait dans le fait que nos savants avaient du mal à admettre que les étrusques puissent être des autochtones italiotes et non venus de quelque part en Asie mineure.. .Cela cadrait mal avec les théories admises sur la diffusion de la culture d’une part et de la prééminence de la grecque de l’autre. Que les étrusques aient adopté et adapté l’alphabet grec, puis les pottiers grecs, etc. avec succès à partir d’une culture déjà complexe me rappelle les critiques vis à vis des japonais qui ne “savent qu’imiter “.

wikipidia vs. encyclopaedia britannica

20061026 CG à Wergosum: le sujet est “Internet encyclopaedias go head to head” (cliquer ici) qui décrit une comparaison entre Wikipedia et l’Encyclopaedia Britannica (EB) faite par Nature. Nature conclut que, dans l’ ensemble, les deux encyclopédies sont comparables.

sLe habits neuf de l'empereur, V.O.

Les habits neuf de l’empereur, V.O.

20061027: Wergosum répercute le message de CG à plusieurs personnes, dont J.: Nature has systematically compared Encyclopaedia Britannica (EB) and Wikipedia, and found that, after all, they are roughly comparable. This did not please EB. I particularly enjoyed the half-offended/half-arrogant tone of EB (“we do not accept this criticism”, “we do not accept the validity of this review”, “we do not accept this criticism of our phrasing”, “we stand by this passage as it is”. British Empire at its best!

20061027, J to others: this is a very important issue: it relates both to philosophy and to political science. One has to be very clear that we are dealing with knowledge and not with research or creativity or art or imagination, etc. Knowledge is a photograph which is accessible to all and Descartes resolved that some time ago “Le bon sens est la chose du monde la mieux partagee”. Therefore, the Wikipedia process can theoretically lead to excellent results as long as people do not sabotage it and cranks should be rapidly weeded out. As education is more widespread at all levels, the potential for good contributors increases enormously. As science evolves rapidly, the opportunity for young talents with the latest knowledge to contribute also increases, the age and hierarchy barriers being considerably lower. The danger is that political groups, pharmaceuticals, etc use highly qualified outside experts to manipulate the information, but this is where the issue of democracy comes in. This leads to the political science issue: Normal encyclopaedias are an aristocratic enterprise and Wikipedia introduces democracy… Well, perhaps one can paraphrase what Churchill said of democracy and that Wikipedia can become the least bad of encyclopaedias… So one would be entering a new political paradigm of knowledge? Its associate to tools like Wikipedia could have a very powerful impact on societies and international relations. What would be interesting would be to have a study comparing entries in social sciences, arts, etc where knowledge is influenced by cultural, social and other factors… When the Dictionnaire de l’Academie was launched in the 17th century the entry for ecrevisse was “petit poisson rouge…” because our academiciens although immortal had never seen a live or raw cray fish, but only cooked ones in their plates. So entries could be substantively different between Wikepedia’s and other encyclopaedias??? For the poor who emerge from the office mines Friday at 5pm: have an excellent short week end!

20061030, Wergosum à J: excellents commentaires, comme d’hab… UN point important que tu soulèves est que, effectivement, c’est sans doute des jeunes et non des vieux pontes qui alimentent wikipedia. Ca montre que les jeunes sont moins ignorants qu’on le disait il y a encore peu! Il y a une théorie intéressante selon laquelle les théories scientifiques ne percent qu’une fois que leurs proposants (proponents: sais pas comment dire) sont morts. La théorie est attribuées à Max Planck, mais à tort. Je vois aussi la main de la décentralisation, source de beaucoup de dangers pour l’establishment et les gros business. Il n’y a qu’a penser à l’énergie. Les énergies renouvelables sont, plus ou moins par définition, décentralisées. Il faudrait un peu décentraliser la police, en France, je pense! Et puis, cette expression “who emerge from the office mines Friday at 5pm”: GENIAL. Je ne serais pas surpris qu’elle soit de toi… je ne l’ai pas trouvée sur le web!

20061030, J à Wergosum: Tu te rends compte des implications de la théorie de Planck ? Toute personne qui croit avoir contribué une théorie nouvelle et importante devrait se suicider pour que l’humanité puisse en bénéficier plus rapidement ?! Au fait alors, je connais un certain nombre de gens auxquels je devrais seriner qu’ils sont géniaux ! Malheureusement, je dois avouer que l’expression qui te plait est de moi: d’habitude je fais très attention de rendre à César ce que je cite…et de donner mes sources, donc quand ce n’est pas précisé, c’est du Jacques… Maintenant je peux t’en donner la genèse : j’ai longtemps été impressionné par les bureaux donnant sur des cours intérieures; moi même j’ai bénéficié d’un pareil bureau la première fois que j’étais à X en 75, de plus il était au 2ème étage… La métaphore de la mine vient donc tout naturellement…

migrations en gaule à l’époque de césar

Wergosum à J: à propos de Gaule, Goudineau commence son bouquin en signalant la fameuse migration des Helvètes que César a pris pour prétexte pour entrer en Gaule. Cette migration est présentée comme une balade bien orchestrée, prévue, dont la destination est connue (après avoir été négociée) etc. Il se fait que je lis Tacite (Agricola et Germanie), traduction dans les Oxford Classics. Je trouve une version complètement différente: “Cesar was confronted with a flood of Gallic refugees expelled by the Suebi. The were the Helvetii – who had earlier been driven out of what is now southern Germany by the Cimbri, or followed them south of their own free will”. Evidemment, c’ est une question simple qui doit pouvoir se résoudre!

Réaction de J: En fait, l’antiquité est autrement plus passionnante lorsqu’elle n’est pas idéalisée. Je n’ai pas relu Tacite depuis longtemps. Il y aurait beaucoup à étudier sur les migrations de l’Antiquité. A ma connaissance, les historiens ne s’attachent qu’à la fin des vagues migratoires sans remonter beaucoup aux causes. Par contre, il y a un petit groupe qui qui explique ces vagues migratoires de Germains comme le résultat d’une série d’ondes de choc provoquées par des changements en Asie centrale. Si mes souvenirs sont exacts, un mélange de changements de climat, d’accroissement démographique et de perfectionnements militaires dans les zones habitées par les Mongols?! Conflits entre nomades et sédentaires,alors au profit des nomades…La différence avec les migrations modernes, c’est que les zones ” d’accueil ” sont densément peuplées : elles n’étaient pas vides autrefois, mais les populations étaient peu nombreuses et, suivant l’expression écologique des marxistes,elles sont passées à la poubelle de l’histoire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.