0 thoughts on “Images tagged "thinking"

  1. Ce que tu écris René, nous ramène tous à l’époque où l’éducation ne se concevait pas sans l’apprentissage de la philosophie. Nos enfants ne sont que le fruit de notre éducation après tout. C’est nous qui leur apprenons que l’époque actuelle est celle de la compétition et de la vitesse. Les jeunes n’ont plus le temps de lire, ils doivent aller vite, à la vitesse d’internet! C’est tout le projet de société actuel qu’il faut remettre en cause.

    Riad

  2. Ne me fais pas croire que tu ne te savais pas dinosaure; ton blog témoigne d’ailleurs d’une forme militante de dinosaurisme.

    Tout protégé que soit ton environnement professionnel, ça ne t’empeche pas de croiser des gens qui croient que le flux d’eau dans les plantes est dirigé du haut vers le bas. Ce qui ne les empeche d’ailleurs pas de combattre la faim dans le monde.

    Je crois que si tu ouvrais plus les yeux, tu te découvrirais entouré de gens du même niveau que les étudiants de L.

    A moi d’être dinosaure: mesure ton idiosyncrasie à l’aune du nombre de tes amis.

    A+

  3. D’accord, je l’admets: je savais que je suis un dinosaure. Mais les dinosaures ont-ils un devoir de dissémination du dinosaurisme, ou bien devraient-ils se contenter de serrer leur mandibule contre leur maxillaire supérieur et de s’éteindre… en ruminant? Ce qui me dérange, ce n’est pas tant “l’ignorance” que le fait de ne pas se douter qu’il y a quelque chose au-delà des connaissances immédiates. A ce propos: tu seras ravi d’apprendre que le désintéressement pour les études scientifiques et techniques a gagné l’Inde.

  4. Le manque d’imagination est la mère de toutes les ignorances. C’est aussi la mère de la confiance en soi, de l’action, et donc du progrès.

  5. A statement like “things don’t change overnight” reminds me of the analysis by Schrodinger of the size of atoms.

    Atoms are not small by themselves. They are just small compared to us living objects. The fact might simply be that it is impossible to make a living object out of a few atoms.

    About predictions. It is reasonable to assume that we living things need stability. We would not be able to live if our natural timescale did not match the timescale over which our environment is predictable.

    Rare events might simply be out of our timescale. As such, there is no fundamental reason why they should be predictable at all.

    • > there is no fundamental reason why they should be predictable at all

      or just the opposite: “things will eventually happen”. It’s just a matter of waiting long enough!

  6. Alors ça, c’est très pessimiste (au mieux) ou alors très très très simpliste. Dans une “retraite” à laquelle j’ai participé avant hier, Greg, le gentil organisateur, a dit qu’il y a trois genres de personnes: ceux qui “make it happen”, ceux qui “watch it happen” et ceux qui demandent “did something happen”?

    Choisis ton camp, camarade!

  7. I really love agrometeorology as it relies a lot on our intelligence more than on observed data. I explain, during my PhD studies I was trying to link NDVI images with wheat yields in Morocco. A student in the university who was a “remote sensing technician” asked me how I can use image of 1km square pixels when wheat is grown in smaller plots than 1km, meaning that maybe I play with signals related to other crops? I answered to him using agronomic intelligence, ie. when vegetation of all other crops is green that’s mean that wheat is also healthy! I mean, in that case NDVI is just an indicator of the environment surrounding wheat, I don’t care if it capture wheat greeness or not. In agrometeorology, this is the case in many null hypothesis. An other example : during an experiment on no-till system, An economist “expert” from an international organization came to visit and “control” reliability of our experimental designs. We then presented to him our on-farm trial experiment on wheat, but he asked for the check! We tried to explained to him that we don’t need any check, as all surrounding fields are cultivated in a traditionnal way, ie. using conventional tillage. Unfortunately, he was very angry as he wanted to see a check because it is the way he learnt statistics!!
    When imagination cannot save us, curiosity can sometimes be very helpfull. In the particular case of climatic data availability you talk about, the Web is fantastic. I experienced that also during my PhD studies when I had to use raw climatic data to run AMS, which is an FAO water balance model. Of course I also experienced the fact that my national meteorological administration wanted to sell me data. As my student budget was limited, I search like a crazy guy for data in the Web. What was my surprise to find really raw data for free!!!! I invite all agrometeorologist to have a look at http://www.tutiempo.net. What I mean, it’s our duty also to organize our defensive strategy, making free available data as much as possible on the Web.

    Regards

  8. Indeed, Riad, indeed… tutiempo is a great site that has saved the day of more than one student writing a thesis far from home or of an operationnal agrometeorologist who could not access official data. Unfortunately, the problems of tutiempo are the same as those of the GTS (http://www.wmo.ch/pages/prog/www/TEM/GTS/index_en.html), i.e. gaps and data that were not verified… One of the good things meteorological/climatological services do is to check the data, update them when necessary, etc. I also agree that formatting, quality-checking and storing data is very useful… but I doubt it’s worth the amount some meteorological services ask from their customers, several times if the same data are requested more than once!

  9. Je relève un paradoxe : ‘I personally do believe that no-one has the right to tell others what to believe, what to eat, which language to use or how to dress…’. I believe … what to believe…

    Cela rappelle le paradoxe de Rémy de Gourmont: Toutes les idées générales sont fausses; et ceci est une idée générale!

    Ce qui est marrant, c’est que j’ai eu le même problème avec le sida! Je ne doute ni de la maladie, ni de l’épidémie, mais pas vraiment sur la base des données, mais plutôt sur celle des mécanismes en jeu. Pendant que j’étais à R. j’ai toujours refusé de citer des chiffres et des taux de prévalence… On ne savait tout simplement pas quel était le niveau dans les zones rurales. Le plus marrant c’est que des organismes tels que le FNUAP auprès de qui je plaidais, en vain des enquêtes sur la prévalence rurale n’en voyaient pas l’intérêt. Comme disait autrefois ce politicien américain : don’t bother me with the facts, I already have an opinion…

    Comme la recherche, la politique, les institutions sont humaines: on retrouve les mêmes problèmes dans tous les domaines.

    Peu après le premier choc pétrolier de 1973, dont on semble avoir tiré si peu de leçons, je me souviens avoir lu un entretien avec un expert du pétrole. En substance il disait qu’ils étaient à peu près 200 dans le monde à faire des estimations. Ils avaient des formations à peu près identiques quelle que soit leur nationalité. Le coût de se tromper si on défendait une opinion divergente était énorme, perte de réputation… par contre si on se trompait avec les autres il n’y avait aucun coût à se tromper ensemble, car de toute façon il n’y avait pas d’autre choix que de faire appel à eux.

    D’ailleurs, à une toute petite échelle, j’ai connu ce problème avec le sida puisque je soulignais qu’il y avait une autre approche que médicale, liée au développement, mais cela n’intéressait (n’intéresse) personne! Le problème est dans le reflexe de troupeau, e.g. Les rats de Hamelin, les moutons de Panurge. Dans tous les domaines et à tous les niveaux!

  10. I just wanted to put into perspective that sometimes raw data are not so crucial in agrometeorology and everything depend on the scale.

    From one figure to another. I invite to to look at this wonderfull figure 8, I insert in my Website:

    http://sites.google.com/site/aridoculture/changement-climatiques-1-2

    Many scientists and other less scientific people argue that we need technology, access to food, etc. if we want to adapt to climate change. But….We need oil to adapt! I remember some years ago that Saudi Arabia grew wheat in the desert thanks to oil.

  11. My personnal experience about crop forecasting :

    15 years ago I was testing what we call crop simulation models, which are pseudo mathematical softwares that reproduce the physiological behaviour of the plants at very small scale. At that time, I was a “young” researcher and all my colleagues were looking at me as a strange agronomist that wants to improve crop production using only his computer. I was fascinated by crop simulation because it was like playing with nature, like god do. I learnt few years after that it was not simple, and I became a crop forecaster. My freind Bernard, who was my thesis supervisor presented me a freind of him who was responsible for the crop forecasting bulletin at EU. I discovered the incredible forecasting machine of the EU. Of course I immediatly understood that EU experience could be reproduced in my country. After a tedious work and some successfull results, last year I produced the first wheat forecasts at national level based on statistical models, beside a crop simulation forecasting done in collaboration with JRC. What was my surprise when I wanted to officially publish the forecasts! All VIPs in my institute were afraid to release them. I understood that I had to publish it on my own risk and that’s what happened. I was lucky as the forecasts were finally correct, but nobody congratulated me and nobody asked me to do it again for the following years! Now, I really feel stupid because I thought it was important to forecast crop production for my country. The moral sense of the story is that we need politicians modelling!

  12. Ca me rappelle une discussion que j’ai eu quand j’étais adolescent avec une copine qui voulait me prouver que l’âme existe. Elle m’expliqua que, d’après une expérience pseudo scientifique, on avait pesé un type avant et après sa mort et qu’il y avait quelques gramme (ou micro grammes je ne me rappelle plus) de différence. Je lui ai expliqué que s’il s’agissait vraiment d’âme, il ne devrait pas y avoir de différence car l’âme est immatérielle par définition. Ca ne l’a pas ébranlé dans sa croyance de l’âme.

    Une autre fois j’expliquais à un ami qu’il était difficile de croire en Dieu de façon rationnelle, car on le voit pas et on ne peut le toucher ni le sentir (par l’odorat). Dernièrement, on a découvert l’existence de trous noirs massifs, pas en les voyant à travers les télescopes car c’est impossible (il ne laissent pas échapper la lumière), mais on observant le mouvement étrange des étoiles dans la zone proche de ces trous noirs. Finalement, on peut tout voir, il suffit d’avoir une théorie ou une révélation, c’est selon!

  13. Effectivement, Riad… on ne peut rien prouver, ni dans un sens, ni dans l’autre! Dans ce cas, mon approche est de me simplifier la vie et de ne pas inventer d’hypothèse inutiles. Et pour ceux qui crient que l’evolution est avérée, il n’y a pas de raison de croire que l’âme n’a pas évolué comme son support organique! Une âme, mon chien? ben oui, pourquoi pas?

  14. Je ne sais pas qui a dit : Ce n’est pas en essayant d’améliorer la bougie que l’on a inventé l’ampoule électrique. Il y a des gens qui voient autre chose que l’évidence, c’est ça l’intelligence, crise ou pas crise ! La crise est un déclencheur de motivations. Ce sont les histoires de Jules Verne transposées dans le temps. jules Verne ne pouvait pas imaginer les fusées pour aller sur la lune, il a donc conçu un canon! C’est comme la série Cosmos 1999 (pour les personnes de ma génération). On imaginait le futur avec les connaissances des années 70. Dans la série Cosmos 1999 il n’y avait aucune trace de GSM ou d’internet. Les militaires inventent des tas de choses ( à coups de milliards) parce qu’ils sont paranoïaques, imaginant toutes les crises possibles. Quand l’intelligence et la crise se rencontrent, la face du monde change, en bien ou en mal.

  15. Dernièrement, je déjeunais avec un collègue très croyant (mais pas si pieux à mon avis). Je lui racontais que j’avais mangé du crocodile au Kenya et que ça avait un goût mi poulet – mi poisson. Il avait l’air étonné (offusqué est plus proche de son sentiment) que je ne mange pas Halal (casher). Pour l’embêter, je lui ai fait une réflexion qui ne lui a pas plu du tout. Je lui ai expliqué que si il était musulman c’est parce que ses parents l’étaient et qu’il avait été conditionné dans ce sens et que, si par hasard il était né en Chine ou de parents chinois, il y aurait de fortes chances qu’il apprécie de manger du chien et qu’il soit bouddhiste. Il m’a répondu que j’étais trop rationnel et il continua de manger sa salade.

  16. Je viens d’ajouter un petit laius sur le “bahamut”… qui dit très simplement que quand on a fini d’inventer des causes de plus en plus invraisemblables… if faut bien s’arrêter.

  17. There is no such thing as Science. Put differently: I doubt you can ever find a clear-cut way to tell rationality from emotion or even from sheer nonsense.

    All our mind can do is produce models of the reality… provided reality is not itself a model. What our models are really useful at, we have no clue. I guess this is what the Bahamut has to tell us. Or the Silmarillion for that matter.

    There was a paper in Scientific American a few months ago about magicians. The classical view is that the magician hides his trick from the victim. Using eye-tracking systems, however, it seems that the victim has often his eyes pointed right on the trick. The trick works because it relies on a higher cognitive mechanism.

    In the same way, our environment is probably full of structures and features that are our brain is blind to. It would make no sense in that case to look better, or do better experiments as any well-trained scientist would advocate.

    See also Wigner’s “Unreasonable Effectiveness of Mathematics”, Feyerabend’s “Against Method”, and Van Orman Quine’s “Simple theories of a complex world.”

    Cheers,
    CG

  18. > I really feel stupid because I thought it was important to forecast crop production for my country

    It IS important, even if politicians and the management of your institute do not see the point…yet! They will remember you the next time you have a production crisis!

  19. Hmmm, I buy the point that “there is no such thing as science”, but you will probably agree that we humans enjoy inventing “explanations” of various kinds, scientific or religious (are there other categories next to science and religion?).
    There is this quote I forgot the source of: only reality exists; lies, as well as truths, have to be made up, i.e. constructed, as with the Bahamut and the various layers above and below it.
    Do you agree that some observations/events have causes? I think this is difficult to deny, as otherwise you and I would not be using a computer to exchange information over the internet. Would you also agree that causes (the push) are by necessity in the past? Would you resist the idea that a cause could be some kind of attraction by the future (a pull)?

    PS: I have just published a page with some “Quotes about reality”

  20. My point is that science and religion are but the same thing, stemming indeed from our taste for the type of “explanations” which I call models.

    Here is a nice one from Van Orman Quine. “As an empiricist I continue to think of the conceptual scheme of science as a tool, ultimately, for predicting future experience in the light of past experience. Physical objects are conceptually imported into the situation as convenient intermediaries not by definition in terms of experience, but simply as irreducible posits comparable, epistemologically, to the gods of Homer . . . For my part I do, qua lay physicist, believe in physical objects and not in Homer’s gods; and I consider it a scientific error to believe otherwise. But in point of epistemological footing, the physical objects and the gods differ only in degree and not in kind. Both sorts of entities enter our conceptions only as cultural posits.” (Two dogmas of empiricism)

    About causality, I can of course only agree that I am writing now because you wrote before (and also maybe because a bird diverted once the attention of your great-grand-father for two seconds, preventing him from dying under a cart in his youth, which enabled him to have children). Yet, the concept of cause is dependent on the concept of time. Time is basically what causes things to be, and this works also for pull-like teleological causes.

    Actually the case of time and causality is typical: there is no way we can envision causality differently if we do not change simultaneously our understanding of time. Try modifying the notion of time and everybody will object on the score of causality, and vice versa. A scientific theory (an explanation) is a set of beliefs that hold more tightly to one another than to reality. It is not very different from the Silmarillion or Starwars in that respect: it simply makes sense as a whole.

    Of course there are facts, but the analysis of facts can never be objective. You always analyze facts based on prior beliefs. If you measure something against time, you cannot challenge the idea of time. If you measure the mass of the electron you take it for granted that such a thing exists. etc. etc. etc.

    We already discussed this: I typically throw away half of the data I measure because they simply don’t make any sense. Perhaps we could build an alternative and coherent understanding of reality based on another fraction of the same experiments. Perhaps an understanding where there would be no place for time and causes.

    CG

  21. Another one.

    “A curious thing about the ontological problem is its simplicity. It can be put into three Anglo-Saxon monosyllables: ‘What is there?’ It can be answered, moreover, in a word—’Everything’—and everyone will accept this answer as true.” (W. Van Orman Quine)

    • Je ne sais si les anglo-saxons de toute condition sont à ce point empiriques et terre à terre, mais c’est un fait que leurs intellectuels ont répandu et cultivé cette image.
      Il faut ne jamais avoir eu de doute ni de problème existentiel pour ignorer à quel point le bon sens et le pragmatisme, le “Ne t’en fais pas, ça va aller”, le “Ça ira, tu verras”, sont impuissants à rendre compte de notre condition ontologique. De la condition humaine, en d’autres termes.

  22. You are clearly ahead of me in terms of knowledge and thinking… but I do not think we disagree!

    (1) can causality be defined in terms of time, i.e. I say A caused B only because A came before B? How can I define the interaction between A and B. Does time entail causality, or the other way round? Could it be that causality is just coincidence (i.e. spatial neighbourhood combined with time simultaneousness)

    (2) You say

    > Perhaps we could build an alternative and coherent understanding of reality based on another fraction of the same experiments

    Would it be conceivable to invent a numeric example? A set of data that don’t make sense in one system and perfect sense in another? Something like discovering the algorithm behind the random number generator that caused (sic) the randomness that does not make sense?

  23. A la relecture de ton texte modifié, on se dit avec Delphine que c’est Riad qui a raison. Les jeunes refletent les ideaux de la société ou ils vivent.

    Reflechir en profondeur, voir à long terme, imaginer, etc n’est pas valorisé socialement le moins du monde. On attend des gens d’etre rentables à court terme, quitte a etre des bricoleurs ou des plombiers déguisés. Delphine qui évolue dans un monde dont je suis protégé ne sait que trop bien que ce qu’on attend d’elle c’est de rapporter du fric. Et dans l’idée qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

    La grosse différence avec “ton temps” est sans doute la pression de l’économie. De ton temps tout le monde avait un boulot. Comme ce n’est plus le cas, on croit que le role de l’univ est de former les gens pour les entreprises, et pas pour se développer eux-memes.

    L’université devrait lutter contre cette attente sociale. Mais dis-toi aussi que si les étudiants s’étonnent de ta bizarrerie, c’est qu’ils n’ont jamais vu de prof comme toi. Ca veut certainement dire qu’ils sont a l’image des profs qu’ils ont eus.

    A+

    C et D

  24. En passant, tu crois que monsieur Papin aimait vraiment madame Denis? Ou il a simplement cherché à ce que son fils ait le nom de l’inventeur de la machine à vapeur?

  25. The nice thing about the ontological problem is that it can be ignored altogether without affecting the way we function! In other words, the ontological problem is not a problem!

    But I like the quote. Can I have the exact & complete reference (where exact is not necessarily complete, but complete is probably exact!).

  26. Effectivement, c’est Riad qui a raison! Le cœur du problème, c’est notre approche utilitaire de la connaissance, qui est liée au fait que nos fonctions sociales (plombier, médecin, postier, chanteur) demandent des connaissances spécifiques, et souvent limitées. Le plombier doit connaitre les tuyaux en plomb, cuivre, PVC, etc. Je ne suis pas plombier, mais je crois que le métier est assez bien défini. Par contre, pour le Master complémentaire en sciences et gestion de l’environnement dans les pays en développement, le métier est un peu plus flou… Y’a qu’à (la fameuse méthode yaka!) regarder la liste des cours (http://progcours.ulg.ac.be/cocoon/programmes/RHENVI02.html#ENVT2028-1) pour voir qu’on a fait avec ce qu’on a, forcément – dont votre serviteur -. C’est précisément pour ces métiers les plus flous que l’étudiant devrait avoir une ouverture d’esprit particulière: il ne sait pas à quoi il s’attend, et il est plus que probable que la formation sera à côté de la plaque.

    Il faudrait que les gamins s’amusent à l’ecole, qu’ils se marrent en apprenant le calcul, qu’ils s’emerveillent – comme le vieux Tolkien, quand il était jeune – des finesses du gothique! On en est loin. Et pour commencer, il faudrait cesser de former des enseignants au rabais, des contremaîtres déguisés! Combien pour un instit au Nouveau Royaume de Belgique Fédérale? Un an, deux? Il a toujours existé des instituteurs passionnés. Je me demande si les élèves de Roger Greisch, peintre de renom (http://www.goeast.be/spuren/ourener.html) ou ceux de Emil Gennen (http://www.krautgarten.be/kg54/s.71_2.pdf) sont “différents” de ceux des villages qui ont eu un instituteur quelconque… Nous entrons dans le domaine du vérifiable.

  27. A propos de Denis-Papin: je pourrais répondre que, ce que Mme Denis-Papin aimait par dessus tout, c’est quand elle jouait au train électrique (à vapeur) avec son mari. Elle adorait toutes ces petites pièces, et prenait un plaisir à lubrifier les bielles motrices de sa petite burette miniature (http://fr.wikipedia.org/wiki/Composants_d%27une_locomotive_%C3%A0_vapeur.) Mais la triste réalité, c’est que je n’en sais rien.

    Assez curieusement, à part des cours de math, la toile ne se souvient pas de Monsieur Maurice. Sa vie, son oeuvre, ses descendants probables, sa passion pour Lully l’Italien et, qui sait, son amour immodéré du rosé: tous passés aux oubliettes! Par contre, il existe plusieurs lieux-dits Denis-Papin, notamment à Echirolles, former industrial village; the majority of its inhabitants worked in the viscose factories, a fabric which was invented in Échirolles in 1884 by French scientist and industrial Hilaire de Chardonnet, before becoming universally famous (la viscose, pas Hilaire!). On y trouve aussi (20091229) un des plus grands cinémas de l’agglomération (i.e. Grenoble), un bowling, deux restaurants fast-food, une lignée de restauration rapide asiatique ou divers, un lycée et autres services publics. Pauvre Denis-Papin. Nous ne pouvons que réfléchir à ce qu’il adviendra de nous, qui n’avons pas écrit de livres de mathématiques avec le lieutenant-colonel Kaufmann, ni inventé la viscose, ni peint les tableaux de Roger Greisch ou écrit les poèmes de Emil Gennen. Sic transit… avec mes excuses pour une citation incomplète dans une langue anachronique.

  28. Je viens de recevoir comme cadeau un “Kindle”. C’est un gadget vendu par Amazon pour lire des livres électroniques (http://www.amazon.com/dp/B0015T963C/?tag=gocous-20&hvadid=4139534867&ref=pd_sl_7p2cs87ap_b). Dit comme ça, c’est un peu plat… mais le truc est assez innovant… dans la continuité: écran lisible en plein jour et qui garde l’image sans consommation d’énergie, batterie qui dure une semaine, connexion radio (GSM?) qui permet de télécharger des livres sur … (devine!) Amazon. Le premier livre que j’ai téléchargé ce matin, dans le bus en allant travailler, pour 13.79$, c’est le Black Swan, de Nassim Nicholas Taleb. Un black Swan, c’est un événement tellement imprévisible que personne ne l’a prévu. En fait, on finit toujours par le prévoir “post factum”, mais ça, c’est facile! C’est peut-être même ça la définition d’une vraie crise: elle est imprévisible. Je note d’ailleurs comme de nombreuses discussions de ce blog reviennent d’une façon ou d’une autre sur cette idée d’imprévisibilité: les tipping points (qui sont surprenants – mot dérivant de “surprise” – mais assez modélisables), et les chaines de causalités qui finissent toutes dans le flou d’une manière ou d’une autre (voir la discussion sous https://wergosum.com/?p=227) . C’est dans ce sens que certaines surprises ou crises nous découvrent des pans entiers de réalité qui étaient complètement insoupçonnés. C’est dans ce sens que les crises sont facteurs de progrès ou, à tout le moins, de changement. Évidemment, quand la surprise est matérielle (un objet), elle finit dans un musée… ce qui me ramène à notre ami Pomian.

  29. Je comprend parfaitement ta peur, René ainsi que celle de tous les parents (moi y compris). Nos enfants se transforment en zombis ambulants, n’ayant aucune prise sur le vivant. Je me demande si mes enfants auront l’esprit critique suffisant pour résister à la propagande ambiante, surtout à notre l’époque actuelle d’informations contrôlées et à saturation. Les jeunes paraissent tous formatés dans un sens que seuls les médias semblent maitriser (et les groupes financiers qui les achètent). Non seulement ces jeunes ne savent pas ce qui se passe ailleurs dans le monde, mais ils ne savent même pas ce qui se passe chez eux! J’ai un plaisir immense à regarder la télévision Française et Belge grâce au satellite. Ca me permet d’accéder à une autre culture. Ca me permet aussi de vérifier aussi des informations que je reçois sur les télévisions arabes (et vice versa). Combien de jeunes en Europe peuvent se targuer de comprendre plusieurs langues ?

  30. Tout est bien qui finit bien… Mais je me dis qu’avec la dentition que nous avons, nous les blancs, nous aurions été engloutis par le serpent si nous avions connu la même mésaventure.

  31. Pour paraphraser Descartes, on pourrait dire que “l’ignorance est la chose du monde la mieux partagée”. Lors de mon premier poste aux Nations unies à Bangkok, je dus partager le bureau d’un chinois un peu plus âgé que moi. Au début, les relations furent un peu délicates, plein d’enthousiasme je voulais montrer que je savais des choses sur l’Asie et que je voulais apprendre… Sa réaction fut poliment négative. Un jour, je ne sais pas comment cela se produisit, mais nous eûmes l’idée de faire un concours d’ignorance réciproque: cite moi cinq poètes de la Dynastie Tang, etc. Au bout d’une dizaine de questions, notre score était près de zéro partout! A partir de ce moment il n’y eut plus aucun besoin de paraître, nous sommes devenus des amis très proches et d’excellents enseignants l’un pour l’autre. Il me semble que jusqu’à notre génération Néandertalienne la culture était transmise verticalement vers les plus jeunes. Cette forme de reproduction sociale a été largement détruite et remplacée par des strates culturelles idiosyncratiques à chaque génération… Il est donc difficile de s’entendre et de se respecter. Quant à ceux qui savent tout, mais comprennent peu, j’aime bien l’expression allemande ‘Fachidiot’!

  32. Bon, c’est sûr qu’il y a autant de cultures que d’individus … à moitié cultivés, et à peu près exactement le même même nombre de formes d’ignorance… mais n’y a-t-il pas de base commune? Ton collègue chinois avait-il entendu parler de Machiavel? Probablement pas (bien qu’il existe un “Machiavel chinois” … sur internet, et que Machiavel, le vrai, ait été traduit en chinois… Je ne sais pas exactement pourquoi c’est cette année que j’ai “découvert” ce “fossé dinosaurien”! Il doit exister au moins depuis que je donne une variante de ce cours (1994). Peut-être étaient-ils particulièrement amorphes cette année, ce qui m’a poussé à creuser un peu sur le Vietnam… ou l’écroulement des régimes de l’est? Bref, pour ma part, j’ai décidé d’assumer mon dinosauritude: je ne fais plus de cadeaux. Le premier devoir qui m’a été remis sur le thème “la sécurité alimentaire aujourd’hui et demain” comprend ce texte: “le général rebelle Johnson a organisé la famine de plus de quarante mille personne afin de les soumettre par la terreur et de capter l’aide internationale envoyée pour soutenir les population”. Un peu plus loin, on trouve:”On sait que l’évolution des comportements alimentaires aura un impact sur les besoins futurs en matières premières agricoles et si le blé, le riz et le maïs, avec d’autre céréales, restent la principale composante des régimes alimentaires”. L’un et l’autre proviennent en droite ligne d’internet, comme on peut facilement le vérifier, et ce, sans indication de la source. J’avais dit «le plagiat vaut zéro », mais ils ne comprennent apparemment pas le français non plus. Il est décidément temps que j’arrête de donner ce cours, et que je laisse aux professionnels (haha!) le plaisir de gérer ces études dont le niveau m’échappe!

  33. I think there is a fundatmental misunderstanding in this post between “information” and “data”. As the post title says, you’re looking for information which is the result of an interpretation of the data.

    Such interpretation is always subjective and no basic search engine (that searches for data) can bring you that. Furthermore, if such tool would provide an interpretation of data predefined by a developper, it would most probably not match with yours, so the user should be in control of the interpretation. So, your ideal tool should be made of two components:
    1) An interpretation layer that would allow you to link your data with information (keywords), for instance IMG_5476.jpg
    a) Is a picture (provided you can rely on the file extension, if not you have to come up with a more complex rule to identify a picture based on the file content)
    b) Was taken on the 25th of December (based on the EXIF data of the jpeg and not on the date of the file)
    c) Is most likely related to Christmas (but not certain)
    d) Represents Perrine, Charlotte and Clotilde (can be possibly determined with a face recognition engine)
    2) A search layer on information using the above keywords.

    Assuming such tool would exist. You will face additional challenges:
    – Uncertainty. The rule 25th of December –> Christmas keyword would be true in a certain percentage of cases. The search engine should take such probability into account when returning the results of a search.The other approach would be defining a search by keywords and minimum probability.
    – Relationship between keywords. Tanzania –> Africa is straight forward. So a search on Africa should return the files containing Tanzania. What about “rain” –> “climate”? The song “A rainy night in Georgia” would appear in the result of a search on climate change (notice that the exact rule should be rainy –> rain –> climate)
    – Cost of maintenance. I’m certain that maintaining and fine-tuning the rules would be extremely time consuming and what would be the overall benefits. The question is then the balance between the acuracy of the search result and the cost of maintenance of the rules.
    – Eventually, comes the implementation. You mentioned that beagle was consuming too much CPU for indexing. What do you think such interpretation layer would require in terms of resource usage?

    In information management theory, once you have the information, the next step is insight 🙂

  34. OK, Tom, thanks… I buy the fact that I look for information, and in order to get it, I search the text (data) that makes up my files.

    I am not interested in anything as sophisticated as you describe. For instance, I do not want to search for pictures (nothing beyond the name of the picture), but I want to index text (only office type documents: doc, ppt, odt etc., pdf and html). For the time being, I do not want to enter into details before I have compared the performance of strigi, doodle, tracker etc… but I have maintained and regularly revised the Terms of Reference of what I would like to have. There will be a list of synonyms, a stop list (ignored terms) and there will be a list of “any” terms, just as in CDS ISIS (e.g. any Africa is Angola, Algeria, Benin, Botswana…). I have used CDS ISIS for years, and I agree that there is some fine tuning required initially, but I assume I am not the only in the world who wants to search “any climate_variable” in “any Africa”. I can also take the any-lists from CDS ISIS and recycle them! Just for fun, I searched “security” with tracker, and I found 2708 documents. Hopeless. Why can’t the thing tell me:

    Dear Ergosum, pls. do select one of
    – Environmental security
    – Food security
    – Regional security
    – Security risk
    – Security policy

    I searched “buckwheat”, and I got 2583. For “Neanderthal”, I found 123. That’s manageable. For “sex” I found only 1232, but here too I would like to be offered the choice between

    – Sex workers
    – Sex ratio
    – Sex bias
    – Asexual
    – Sexual behaviour

    Tom, I realise this is not easy, but let me try to describe what I want… after which, I will no doubt develop some insight too!

  35. OK, I admit my example was over the top but my intention was mainly to highlight the fact that the interpretation was the key point and subjective and was more than just text search. (Even geographical relationship could lead to interpretation in some cases: http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/550964/quand-la-flandre-raye-la-wallonie.html ).

    Googling around, I came across this link http://www.semantic-knowledge.com/ . It looks closer to what you need and is based on semantic networks. But Windows only and commercial.

  36. D’un vieux à un moins vieux puisque nous sommes dans le domaine du relatif: je pense que tu en as tout simplement assez de faire ce cours! Probablement, mon ami chinois ne connaissait pas Machiavel, mais maintenant, il le connait certainement, probablement parceque son horizon s’est élargi ou tout simplement parcequ’on en a.On peut ainsi voir se former des socles communs de connaissances qui une fois digérées donnent ce qu’on appelle communément un “homme cultivé”, mais il en émerge ainsi quantité de cultures. Les personnes appartenant à une culture se considèrent comme “cultivées” à l’intérieur de leur culture: U2, Bob Marley ou Machiavel… En ce sens, dans la France du XXème il y avait “une” seule culture bien paramétrée, maintenant c’est terminé et un jeune du 93 se sent sans doute plus proche d’un jeune de Caracas que de moi car ils partagent de nombreuses références culturelles. J’ai, à mon petit niveau, vraiment vu comment, en France, ‘ma’ culture disparaissait: ayant fait du grec, j’avais de nombreuses références, mais comme j’étais à peu près la dernière génération à en faire, tout ce pan de ‘ma’ culture a disparu, puis ce fut le tour du latin dont la culture véhiculée avec la langue a presque disparu, en tout cas chez les ‘jeunes’. Il ne sert à rien de se lamenter, par contre, je me range résolument du côté de Montaigne: “mieux vaut une tête bien faite que bien pleine”! Le drame de l’enseignement, c’est effectivement de former des ‘sachants’ et non des ‘pensants’.

  37. il faut ajouter “discuté” après ‘parcequ’on en a discuté. J’ai appuyé sur la mauvaise touche trop tôt!

  38. Dear René,

    You know that I am intuitive. When I loose a scientific paper that I downloaded few months before I prefer to look for it again on google instead of trying to find it on my computer, and in general I find it faster! Why don’t you start from this reality? You understood that I mean to try thinking about developing such a tool in situ. You certainly know that google find preferably the most wanted information by all people around the world (democratic ranking). Unfortunately, your are the only one looking inside your computer. So how to reproduce google rule? Maybe thanks to software that simulate a “memory” of the computer, which register the most entered keywords from your keypad? What do you think about this idea?

    • I think there are still some cases when you want to look for files in your own computer:
      1. find your own work files that were edited long before and you have no idea where you can find it
      2. find a reference that have all your notes and comments in it, these are not available from google
      3. you might also need to recall some other information of the files, eg, the date, the editor, the revise date, etc.
      maybe others…

      • Needless to say, I very much agree with your comment. I currently have 19315 files in my “data” directory, where I store basically “documents” on various subjects, in a directory structure that makes sense to me. For instance, folder /climate_and_climate_change/security/mediterranean has 3 files and /hominids/lactase_milk_vitamin-d/gene-culture-coevolution/ has 7. In addition I tend to keep documents used for various papers together with the papers, spreadsheets that were used in the preparation of the paper, presentations I delivered on the subject etc. Same thing for blogs. Between the papers, collected “data”, lectures, genealogy etc I have 277543 documents. Recoll finds them, and does not impose on me whatever Google thinks is good for me! And after I have located that file I was looking for… I have the full info!

        See this link for a discussion (in French) about the way we are being treated by Google!

  39. I sent my message a little bit fast. This kind of memory software would have to be trained. It would take some time to “understand your expectations. If you enter “Angola”, it will uderstand that beside the name of the country you wrote many times the words “climate”, “security”, for example. Is this satisfying?

  40. où tu veux en venir?
    Je ne vois pas trop

    Il y a déjà l’exception que tu signales du boustrophédon… ce qui montre l’influence de l’agriculture sur la culture et donc l’écriture.
    Il semble que ce soit donc affaire de convention, comme pour les livres: japonais, etc se lisent en commençant par notre dernière page. Cela va aussi vite.
    Le Thaï se lit de gauche à droite, mais sans séparer les mots et les voyelles, suivant leur nature peuvent se trouver à gauche, à droite, en haut, en bas ou une combinaison de positions par rapport à la consonne qu’elles modifient.
    Ce qui serait intéressant serait de demander à un ophtalmo si cela a un impact à la longue sur la vue: si on lit de gauche à droite on a tendance à avoir la lumière à gauche, je suppose que c’est le contraire si on lit de droite à gauche?? Cela a-t-il un impact sur la fatigue de l’oeil?

    • Où je veux en venir? Je note simplement que des phrases comme “le thaï se lit de gauche à droite” n’a pas de sens. Le Thaï se lit de gauche à droite, de haut en bas ou de droite à gauche: tout dépend de la manière dont tu tiens ton livre. Il suffit de tenir ton livre à l’envers: même sans entrainement, on lit facilement du bas vers le haut et de droite à gauche! Quant au boustrophédon, ce que j’aime dans ce mot, c’est le mot! Tu aimeras aussi ceci: “Rem. 1. Ac. Compl. 1842, Besch. 1845 et Nouv. Lar. ill. signalent la forme synon. boustrophe, subst. fém. (déjà dans Trév. 1752). 2. Besch. 1845 et Lar. 19e attestent un emploi adj., avec une forme fém. inscription boustrophédone; var. boustrophé ou bustrophé.” (http://www.cnrtl.fr/definition/boustrophedon)

  41. Hello Riad,

    if you read this post again (the newest version of 20100131), you will see that recoll comes close to what I am looking for… and this is the confirmation that I am not the only funny guy who wants to locate files on his computer. Try it yourself!

    About your idea to have a programme scan what I type on the keyboard, this is indeed a good idea, but I think it can be implemented more easily by labelling some files as having been authored by me, for instance through a keyword or by including the author among the properties. I have added the point to my terms of reference above!

  42. Ah! Il faut s’entendre! Ma phrase a un sens dans le contexte des conventions, pas dans un sens absolu qui n’a plus d’orientation. Cela dit, je pense que lire le Thaï à l’envers n’est pas si facile, déjà lorsque c’est à l’endroit ce n’est pas évident!
    Le mot boustrophédon donne de plus une certaine solennité à l’écriture car les oeufs marchent lentement, surtout lorsqu’ils labourent!

  43. Dans le même ordre d’idée.

    On croit qu’il faut ecrire un texte de droite a gauche si on veut le lire dans un miroir. Ce n’est vrai que si on tourne le livre vers le miroir en le pivotant autour d’un axe vertical.

    De maniere étonnante, il semble que c’est ce que la plupart des gens font.

    Si on convenait de pivoter le livre autour d’un axe vertical, il faudrait ecrire de gauche à droite mais inverser le haut et le bas des lettres. En supposant, évidemment, que vous etes de ceux qui lisent le français de gauche à droite…

    • Ah Jacques, j’aime ta suggestion que nous “labourons” le web, comme de vieux bœufs que nous sommes! Un peu comme quand on dit en anglais: I ploughed my way through your report! Je suis même allé consulter http://atilf.atilf.fr dans l’espoir d’y trouver un rapport entre labourer et laborieux. Pas de chance, au delà de la racine commune labor, rien!

    • Oui, les textes F et G (qui sont des images-miroir et pas de simples rotations du texte de départ), sont difficiles. Pour G (plus que pour F) qui combine rotation et miroir, j’ai énormément de problèmes, ce qui est certainement la conséquence du fait que des mécanismes cérébraux beaucoup plus actifs/conscients doivent être activés. Pour les rotations, on reste dans le domaine de l’automatisme.

  44. > je pense que tu en as tout simplement assez de faire ce cours!

    Je ne pense pas… J’aime ce cours. Je le mets à jour tous les ans, et je modifie sa structure. Je rencontre assez souvent d’anciens étudiants qui viennent me saluer dans des réunions internationales et qui, apparemment, gardent un bon souvenir de ce que je leur ai raconté. A Venise, les étudiants amènent leurs copains à mon cour sur le développement durable, parce qu’ils aiment ça! Je n’ai donc pas tout faux! Cette année, j’avais ajouté à L. une section sur le “futur”, qui m’a coûté plus d’un week-end! Elle doit encore être mûrie, et je devrais la rédiger à l’ancienne, mais l’essentiel y est. Grâce à ce cours, je crois que je vois un peu plus loin que “l’expert ONU” moyen, parce que je m’arrête tous les ans pour remettre mes idées en place. Et ça, c’est positif aussi au niveau personnel.

    Cette histoire m’a vraiment “messo in crisi” comme on dit ici. La base de la “crise” c’est que je ne sais pas si ma perception vient du fait que je suis devenu un vieux crouton acariâtre et “laudator temporis acti” ou si la génération en face est vraiment tellement différente et, selon moi, mal barrée. Je ne comprends pas pourquoi c’est cette année que je prends la baffe. “Ils” étaient déjà pareils l’an passé! Je ne comprends pas non plus si certaines valeurs importantes (comme la capacité d’analyser un problème en profondeur) font réellement défaut à ces étudiants, comme je le pense. Le fait de “copier” le net sans y penser est certainement très répandu, mais tous les jeunes ne sont pas comme ça. Peut-être aussi que, s’ils y étaient contraints par les circonstances, ces jeunes se révéleraient créatifs et intellectuellement débrouillards. Peut-être! Il y en a certainement qui fonctionnent de façon normale, qui ont la capacité d’apprendre et de comprendre, et qui réfléchissent par eux-mêmes. C’est sans doute un minorité, mais il faut espérer que c’est ceux-là les leaders de demain. Je suis aussi catastrophé par le fait que l’université (et les autres écoles, en commençant à 6 ans) , donne une chance à des tocards avérés et à des haridelles dont on voit bien qu’elles boitent. A l’école primaire, bon, la finalité est différente: il faut donner à chacun la chance de trouver son créneau, gentiment, en espérant qu’une fois l’école quittée les élèves soient satisfaits et heureux de leur vie. Mais nous parlons ici d’un troisième cycle universitaire. De ces étudiants qui ont un mastère, ou qui sont ingénieurs, la moitié n’est pas à sa place. Dieu reconnaitra les siens? Inch’Allah! En attendant, c’est l’université qui ne fait pas son boulot, et qui en porte la responsabilité.

  45. Des poètes comme Apollinaire ont fait des essais de graphie: je me souviens d’un poème en forme de fontaine, un autre en spirale… Lorsque l’on passe de la graphie à la calligraphie, alors, ceux sont les arabes et les chinois qui en ont tiré des choses étonnantes. Les arabes, sans doute par religion et les chinois en raison de l’utilisation de caractères au lieu d’un alphabet.

  46. Et même en architecture! Fais une recherche d’image sur “claude nicolas ledoux” et admire. Essaie ensuite “claude nicolas ledoux bordel”. Etonnant, non?

  47. 1. Ce qui me frappe, c’est d’abord le diagramme: le rectangle “Expert and Government Review” ruine tout l’édifice “scientifique”, c’est le talon d’Achille le plus flagrant du système. Une fois que l’on met les gouvernements dans le jeu en amont au niveau scientifique, il est impossible de ne pas avoir une dimension politique. On la retrouve d’ailleurs, mais sans doute à un degré moindre au niveau des nominations d’experts, etc. Il faudrait dans l’idéal séparer les deux, mais dans un processus onusien, “club d’Etats”, est-ce même envisageable?

    2. La deuxième, on oublie trop souvent que les scientifiques ne sont que des humains, avec tous les travers du commun des mortels contrairement à ce que laissait entendre Descartes. Lorsque l’on associe ce fait à celui que les catastrophes et les chiens écrasés font vendre, on crée une dynamique à la quelle peu de Galilée ont le courage de dire eppur si muove et cela d’autant plus que le nombre de scientifiques impliqués dans le IPCC est énorme, ce qui finit par créer une doxa qui dérive facilement vers un dogme et les hérétiques au bûcher! Entre parenthèses, le Président de la réunion qui opposait la vérité d’un document a failli à son devoir car il aurait dû à ta suite signaler la faiblesse du document à qui de droit au lieu de la soutenir.

    3. La troisième chose qui frappe est la complexité du système: il y a tellement de niveaux et d’étapes afin d’assurer la qualité scientifique que c’est “self defeating” et l’on sait que plus il y a de contrôles et plus l’irresponsabilité et les manipulations peuvent augmenter. Des auteurs comme Jared Diamond dans Collapse ou Joseph Tainter dans The Collapse of Complex Societies, soulignent les dangers de l’hyper complexité. Il me semble que le IPCC fait face à des problèmes inhérents à son organisation. Il est même étonnant qu’il n’en ait pas rencontré de plus sérieux! Quelle est alors la solution?

    A titre d’illustration pour le troisième point -dans un domaine complètement différent -je donne ci-dessous deux extraits d’un chapitre que j’ai écrit pour un ouvrage de l’INED intitulé Du Genre et de l’Afrique. Je crois que je t’avais déjà envoyé ce papier, mais mes remarques prennent un autre relief dans le cadre de cette discussion sur les problèmes du IPCC.

    [Extrait de l’Introduction] Cette visite guidée a pour toile de fond un recoin des Nations unies, cette institution, tantôt traité de « machin », tantôt portée au pinacle, suivant les besoins du moment de la real Politik. En effet, ce club d’Etats est en fait l’arène où se confrontent non seulement les égoïsmes nationaux, mais aussi des idées, des doctrines, des lobby et des ambitions de toutes sortes. C’est une jungle où les sujets ne peuvent s’imposer de par leur seule importance intrinsèque car celle-ci n’a pas de sens dans une arène où priment le politique et la géostratégie. Ainsi, pour y introduire une problématique comme « femme et sida » il ne suffit pas d’arguer sur le fond, le concept, la méthode : la réussite dépend surtout de l’habileté de ses promoteurs à jongler entre contraintes techniques, politiques ou bureaucratiques et disponibilité de ressources. La voie est, par nature tortueuse. La visite à laquelle je convie le lecteur se déroule sur deux plans séparés, l’un, théorique et l’autre, politique en interaction constante.

    [Extrait de la Conclusion] Aussi pertinente et intéressante qu’elle soit, une question n’est jamais traitée sur la scène internationale qu’en fonction des enjeux politiques et socio-économiques non seulement des États, mais aussi d’autres groupes d’intérêt. En l’absence de déclarations officielles, on ne peut qu’avancer des hypothèses sur le démarrage rapide de la question femme et sida, puis sur la façon dont elle a été évacuée (provisoirement). Il est clair que l’approche développée par la DAW ne convenait pas à tous car elle dépassait le cadre des droits de l’homme en touchant à la problématique du développement, modifiant ainsi le centre de gravité de la question femme et sida. Ceci aurait probablement pu être négocié avec le temps, mais lorsque la réflexion en vint au concept de genre, la remise en cause devenait trop radicale pour être acceptée. Ainsi, les Nations unies étant un miroir des États et l’interprétation de femme et sida un miroir des sociétés, la question se trouvait piégée par un double jeu de miroirs se reflétant l’un l’autre.

    4.Dans le même ordre d’idées: te souviens-tu lorsque nous préparions notre immortel papier sur l’impact possible de la montée du niveau des océans, on s’est heurté à l’affirmation que les deux tiers (?) des habitants habitaient près de la mer… Les heureux vacanciers. On ne trouvait pas la source de cette affirmation… Si mes souvenirs sont exacts, c’est Freddy qui a découvert que c’était un participant à une réunion qui avait fait une estimation pifométrique… qui a été reprise sans la moindre question devenant de plus en plus vraie à chaque répétition!

  48. Pour Riad, son anecdote me rappelle une expérience de Fredéric Hohenstauffen, roi de Sicile, grand arabisant, esprit très curieux et auteur d’un ouvrage sur la chasse au faucon qui fait encore autorité, dit-on. Il voulait aussi savoir de quoi l’âme avait l’air et a ainsi enfermé quelques types dans des tonneaux. Au moment de leur mort il fit ouvrir le bouchon pour essayer de voir l’âme s’échapper. Il ne vit rien…

  49. Pour René,je te conseille de lire le chapitre ‘Divination et esprit scientifique’ du livre “Mésopotamie, L’écriture, la raison et les dieux” de Jean Bottéro (Folio 1987). Ce chapitre montre comment les Sumériens faisaient des listes et des classements. Ce qui tombe maintenant sous le sens n’était pas du tout évident à l’époque lorsque l’on ne distingue pas le surnaturel (pour nous) du naturel.

  50. Passionnante étude. Et très documentée. Je n’en attendais d’ailleurs pas moins de toi.
    Toutefois un très court commentaire.
    Je reste assez faché de voir l’énergie, et les budgets dégagés à cet effet, pour lutter contre cette grippe qui à fait +/- 17.000 morts depuis début 2009. Or que la faim tue 25.000 personnes par jours !
    Mouvement d’humeur. Je vis entouré de gens qui ne comprennent pas ou l’on place les priorités.
    Ne parlons pas de la malaria, la tuberculose et le HIV/SIDA…qui, ensemble, tuent moins que la faim.

  51. Peu de gens comprennent où “on” place les priorités! Il y a notamment toute un litanie de maladies tropicales qui n’intéressent pas grand monde (voir l’article “A plan to defeat neglected tropical diseases”, P.J. Hotez, pages 90-96 dans le Scientific American de janvier 2010). C’est sûr que les maladies “à la mode” ne font pas le poids par rapport aux maladies et aux autres problèmes oubliés de l’Afrique (grippe aviaire, 287 morts depuis 2003; la vache folle – Creutzfeldt-Jakob – 270 morts)

  52. Sans me lancer dans de la philosophie de haut vol avec moult références, je ne pouvais pas rester plus longtemps sans réagir à ton discours ‘”soft” à ce sujet, ainsi qu’aux diatribes qu’il a suscité.

    Je suis aussi régulièrement en contact avec des étudiants. Ou des jeunes adultes que sont les ami(e)s de mes aînés. Et donc ouvre mes yeux et mes oreilles à un monde qui tente de m’échapper.

    Je suis effaré par l’ignorance et l’acculturation d’une grande partie de ce public. Ceci, et je sais que je parle à un père de famille, enseignant et féru d’informatique, à mon avis par manque d’éducation et…Internet qui pour certain est devenu le père, la mère, l’amant ou la maîtresse.

    Lorsque je posais certaines questions à des étudiants de 3ème cycle, il m’a été souvent répondu “On va aller voir sur le net. Pourquoi retenir ça ?”. Et ceci pour des notions de base.

    Je pense qu’un PhD avec une jolie thèse c’est bien, mais que c’est la curiosité qui non seulement forge un savoir mais encore fait progresser la science et la connaissance. Et un ingénieur qui ne connaît pas Baudelaire, Brahms, les Beatles ou Musset, par exemple, rate quelque chose dans sa vie. Outre la connaissance, il s’agit d’un amour de la vie, qui permet un épanouissement de tous les instants. Et même les statistiques, par exemple, peuvent être passionnantes. Si on essaye d’en discerner une finalité. On pourrait en dire autant du latin ou de la flûte traversière.

    Il est plus inquiétant de penser que le futur serait confié à des personnes n’ayant pour autre lecture que leur programme de télévision et se reposant sur le net pour le reste. Orwell n’est pas loin !

    Mais ne sommes nous pas un peu responsables de cet état de choses ? J’ai vu mon fils (Renaud) terminer sa thèse en travaillant essentiellement sur le net. Il ne m’a quasiment jamais demandé d’acheter un livre. Et j’avoue que je lui ai payé une télé dans sa chambre. Or que ma fille aînée (criminologue) dévore des livres au kilo. Des bons livres comme je les aime, en papier, bien dans la main, sous un arbre, que tu peux annoter d’une manière subtile (ma femme n’aime pas que j’écrive dans les livres).

    Oui l’ignorance commence à faire peur. Mais il faut se dire qu’on n’y est peut-être pas pour rien. Sommes nous des ‘moteurs’ pour dynamiser cette jeunesse ?

    On ne m’a pas encore qualifié de dinosaure (et je connais Simple Minds..!) mais je prétends que notre société, dans son mode de fonctionnement actuel au point de vue de l’éducation au sens général du terme, nous mène à un nivellement par le très bas. Au ras des pâquerettes. J’en veux aussi pour preuve la littérature vendue dans les kiosques. A chaque retour, je dois bien chercher pour avoir autre chose que du people ou du c… (et évidemment pas d’abonnement au Congo, il n’y a plus de poste depuis plus de vingt ans).

    Mais je pense qu’un black out ferait du bien en Europe (en outre). Et réapprendre l’odeur de la bibliothèque.

    Je suis très content que mes enfants aînés aient fait des humanités latines. Il est de notoriété que cela ne servait à rien. Eux même maintenant réalisent la richesse que cela leur a apportée.

    Réaction rapide. Je ne sais pas si cela changera grand-chose. Essayons déjà d’agir autour de soi. Et je constate qu’il est plus facile de faire aimer Debussy, les Doors ou le Dhammapada de Bouddha à une sentinelle (askari) qui ne cherche qu’à apprendre, qu’à un doctorant imbibé de télé, Ipod etc… D’ailleurs, à 10 millions dans un mouchoir de poche comme la Belgique, mais chacun avec ses écouteurs dans les oreilles, je suppose que la communication, outil du savoir, à disparue ?

  53. Pour faire vite, je trouve que Einstein (encore lui) résume assez bien l’origine du sentiment religieux : dans son article paru en 1930, Einstein distingue trois formes de religion: la première est due à la crainte et à une incompréhension de la causalité des phénomènes naturels, d’où l’invention d’êtres surnaturels, créateurs et régulateurs de la réalité perçue. La deuxième est sociale et morale et a pour but de réguler les comportements sociaux en y incluant un juge externe au dessus des hommes. La troisième, qu’Einstein appelle «religiosité cosmique», est une contemplation de la structure de l’univers et de son harmonie intrinsèque, qui étonne et ravit ceux qui y sont sensibles. Elle est compatible avec la science et n’est associée à aucun dogme, ni croyance. Einstein déclare être religieux, mais seulement dans ce troisième sens qu’il voit dans le mot religion.

    Le cerveau est évidemment le hardware qui gère ces trois pulsions issues de notre adaptation incomplète (et en évolution) à l’univers (ou a la nature) et a la réalité sous-jacente, que la science et la métaphysique tentent de découvrir.

  54. Interesting comments! I wonder if Einstein had any god in his “cosmic religion”, i.e. someone who pulls the strings or – at least – someone who defined the rules and then left the system develop (semper paret semel iussit: [he] always obeys [but he] ordered only once – Seneca). There are only two options: either god(s) created the universe and us, or we created god(s). As an “advanced physicist amateur” you would probably see this in terms of energy!

    I personally see no need for god(s). The book by Boyer I mentioned in the post certainly shows that god(s) and religion are related issues, but you can have one without the other. Maybe we need myths and rites (and dreams and literature?) to function normally? Maybe they are a way to interact and influence our brain mechanisms?

  55. La lecture de textes a aussi une toute autre dimension, aléatoire plutôt que géométrique. Regardez ce petit texte anglais qui depuis des années flotte un peu partout dans l’internet (par exemple, à http://www.funny-potato.com/read-this.html):

    if yuo can raed tihs, you hvae a sgtrane mnid, too. Can you raed tihs? Olny 55 plepoe out of 100 can.

    i cdnuolt blveiee taht I cluod aulaclty uesdnatnrd waht I was rdanieg. The phaonmneal pweor of the hmuan mnid, aoccdrnig to a rscheearch at Cmabrigde Uinervtisy, it dseno’t mtaetr in waht oerdr the ltteres in a wrod are, the olny iproamtnt tihng is taht the frsit and lsat ltteer be in the rghit pclae. The rset can be a taotl mses and you can sitll raed it whotuit a pboerlm. Tihs is bcuseae the huamn mnid deos not raed ervey lteter by istlef, but the wrod as a wlohe. Azanmig huh? yaeh and I awlyas tghuhot slpeling was ipmorantt! if you can raed tihs forwrad it.

    Je ne sais pas si ça fonctionne aussi bien pour un texte français. Dans un texte allemand, la multitude de mots composés pose des problèmes (Wien-faclhse se lit encore facilement, mais Wsacfelnihe est à peu près illisible).

  56. Très juste, Wolfgang! Et on est pas tellement surpris que pour certaines écritures (comme celle de l’Indus), certains disent qu’il s’agit d’une écriture, et d’autres pensent qu’il s’agit juste de “petits dessins décoratifs” (voir: http://www.pnas.org/content/early/2009/08/04/0906237106.full.pdf+html). Il y a aussi le disque de Phaistos et le manuscript de voynich. Mais ma préférence va à Islam Akhun, analphabète, qui a fabriqué de faux textes et les a vendus aux rapaces européens (Stein, Le Coq…) qui pillaient les trésors archéologiques de la route de la soie (http://en.wikipedia.org/wiki/Islam_Akhun).

  57. j’ai bien essayé de lire tes observations… mais le texte que je lis est un melting-pot de toutes les langues et de phrases incomplètes ou mélangées.
    Exemple “que j’espère Guy courant UNO tiendra au !”
    Bon, alors, virus ou pas virus ? chez toi ou chez moi ? Bizarre , et bisous E

  58. ben non, maintenant tout est revenu dans l’ordre et lisible. je n’y comprends rien

  59. Bester René,
    ich habe die Website beim Googln gefunden. Aber ich bin auch ein Schnüffler und bleibe es.
    Alles Gute
    Joseph

    • Hallo Joseph,
      so ein Zufall! Oder vielleicht nicht: nur ein Meisterschnüffler konnte mich hier finden… und erkennen! Hast Du irgendwo ein Blog wo ich etwas mehr über dich u. di letzten 45 Jahre finden kann? Gib es irgendwo etwas über “StVither on the web”?
      Mach’s gut, wie man so sagt!
      R

  60. Das Deutsch im Grenz-Echo wird nicht belgischer oder deutscher, es wird ganz einfach schlechter.
    jl

  61. Bester René,
    ich habe keinen Blog und zu St.Vith habe ich kaum noch Verbindungen. Schick´mir eine PN, kannst auch mal meinen Namen bei Amazon eingeben.
    Bis dann
    Joseph

  62. Rene, very interesting how you combine the technical facts with political ones…the “land grab” has a lot of similarities to the multinationals, and it is clear that this does not mean that there will be an improvement for the society and/or the host country. A good example of the consequences is of Unit Fruit Company in the Central American countries (nowdays replaced by Chiquita Brands International and Del Monte Foods). China and South Africa are doing also contracts for renting the land in Ethiopia, Mozambique and in others african countries. Who should revised this contracts? the local government or should be an international entity that should clearance the conditions to favor a balance of the terms?

    • Thanks for the comment, Oscar; the parallel with Chiquita and Del Monte is very appropriate! Do the multinationals actually own the land?
      Another interesting calculation is to estimate the amount of land that will be necessary. In Saudi Arabia, the largest area cultivated was 924 KHa in 1992. Given that yields will certainly be lower in Ethiopia and other places because of less favourable sunshine conditions, the total amount of land they need NOW is certainly close 1.5 MHa. Of course, this will not all be in Ethiopia, but just for comparison, note that Ethiopia cultivates 9,2 MHa of cereals now (FAOSTAT). The 1.5 MHa would be 16 % of the area cultivated in Ethiopia, which is a lot. What is interesting too is that “land grab” is often (mostly?) driven by necessity rather that business opportunities: among the lad grabbers, we also have Jordan and one of the “recipients” is the Ukraine (http://www.ifpri.org/sites/default/files/publications/bp013all.pdf). I have not come across any summary more recent than 2009, for instance the IFPRI report or the Economist (21 May 2009). I wonder what the situation is right now, globally. What is certain, in the case of Saudi Arabia, is that “rain grab” or “water grab” would be more correct wording than “land grab!”

      • Oscar, after answering to Jacques (below) who mentions important vulnerability issues, can you tell me if there have been serious conflicts with Chiquita or Del Monte (of course, the US government is behind them!) Do you know any good sources on the subject?

      • Rene, the conflict with the United Fruit Company is well documented; even Pablo Neruda dedicated a poem (“La United Fruit Co.”.) to denounce the involvement of the multinational in the local policy and thanks to this the term of Banana republic was born (http://en.wikipedia.org/wiki/Banana_republic), nowadays I am not very sure about the terms or contract on which the multinationals are working in the Central America or even in Costa Rica (Dole, Banana Chiquita and Del Monte); however Wikipedia mentions some concerns for the extensive use of pesticides in the pineapple production http://en.wikipedia.org/wiki/Pineapple :
        “Three quarters of pineapples sold in Europe are grown in Costa Rica, where pineapple production is highly industrialised. Growers typically use 20 kg of pesticides per hectare in each growing cycle,[22] a process that may affect soil quality and biodiversity. The pesticides – organophosphates, organochlorines and hormone disruptors – have potential to affect workers’ health and can contaminate local drinking water supplies.[22] Many of these chemicals have potential to be carcinogens and may be related to birth defects.[22]
        Because of commercial pressures, many pineapple workers – 60% of whom are Nicaraguan – in Costa Rica are paid low wages.[quantify] European supermarkets’ price-reduction policies have lowered growers’ incomes.[22][citation needed] One major pineapple producer refutes these claims.[23]”

  63. Très intéressant et clair. Cela soulève de multiples problèmes, je n’en évoque que quelques uns… Les terres au loin impliquent une puissance militaire qui peut être projetée (une des raisons pour l’augmentation de la capacité militaire de la Chine et aussi de sa maîtrise grandissante du commerce maritime) pour “défendre” les contrats. Sinon le pays est vulnérable et à la merci d’un gouvernement qui revient sur ses engagements.

    Le locataire a intérêt à ne pas bien gérer les terres , mais à les exploiter… Le pays qui loue perd sur tous les plans: terres et leur qualité, sécurité alimentaire, déplacement de populations, corruption et l’argent de la location placé dans des comptes à l’étranger.. D’où un grand risque d’instabilité sociale qui peut facilement se focaliser sur l’étranger… et les locataires avec quelques massacres en perspective.

    En fait sur le long terme c’est une forme de délocalisation qui ne réduit pas la vulnérabilité réelle du locataire à moins qu’il ne diversifie suffisamment ses sources d’approvisionnement comme peut le faire la Chine…

    En fin de compte on risque d’aboutir à deux pays sans ressources au lieu d’un seul et the buck (wheat) has to stop somewhere!

    • Evidemment, vu sous cet angle, le nouveau porte-avions chinois, le Shi Lang (55 000 tonnes, 300 mètres de long pour 70 de large) s’explique un peu mieux! (Voir: http://www.rtbf.be/info/monde/detail_premier-porte-avions-pour-la-chine-les-etats-unis-inquiets?id=6580963)

      Je suppose que la situation de pays comme l’Arabie Saoudite et celle la Chine sont très différentes! La Chine a des ressources renouvelables, et l’Arabie Saoudite n’en a que peu. Selon la source habituelle (http://en.wikipedia.org/wiki/Oil_reserves_in_Saudi_Arabia) les réserves en pétrole ne sont pas bien connues, mais seraient voisines de 43 km³. C’est le même ordre de grandeur que l’eau consommée par l’agriculture depuis 1981! Amusant, si on veut… Les réserves en eau de l’Arabie Saoudite sont 8 fois supérieures à ses réserves en pétrole.

      Ton observation sur la vulnérabilité est très juste aussi! Comment l’Arabie Saoudite, qui n’a pas de porte-avions, pourra-t-elle défendre son approvisionnement en céréales? On voit se profiler, juste pour commencer, l’explulsion de tous les étrangers…

      • Je me demande aussi de quels moyens l’AS dispose pour faire pression… à moins que l’accord ne soit un troc: tu me
        donnes des terres et je te donne du pétrole. C’est la chose la plus logique, puisque les détails des accords ne sont pas connus

      • Même dans ce cas de troc, l’AS reste fragile s’il y a un troisième larron, comme c’est probable… Par exemple, la Chine peut offrir à l’Ethiopie du pétrole si les accords avec l’AS sont violés… Pétrole qu’elle importe
        elle-même du Moyen Orient. Un pays hésitera à remettre en cause un accord avec l’Inde ou la Chine, mais l’AS ne fait tout simplement pas le poids sur le plan démographico-militaire.

  64. Eric vient de m’envoyer un lien vers le site de la Libre Belgique (http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/685900/le-niveau-des-etudiants-est-en-chute-a-l-universite.html) selon laquelle “Le niveau des étudiants est en chute à l’université”. Je ne sais pas si le niveau est en chute, mais je sais avec certitude qu’il est bas depuis pas mal de temps, si j’en puis juger par mon expérience aux universités de Liège et de Venise depuis 1994. Pire: les étudiants ont tellement peu de connaissances générales qu’on se demande ce qu’ils ont fait depuis la sixième primaire. Ce qui me frappe (et je l’ai souligné dans ce blog), c’est leur incapacité a faire des rapprochements (comme par exemple entre la situation de l’agriculture dans certains pays de l’Est et la crise économique qui les a touchés après la chute du mur de Berlin). C’est un peu comme s’il n’existait que le “premier degré”: ce qui n’est pas explicite n’existe pas. Bien entendu, il y a des exceptions, mais il y a une incapacité manifeste chez certains étudiants à réfléchir, à se concentrer, à faire l’effort d’essayer de comprendre… Je ne suis pas psychologue et je ne veux pas tout expliquer tout ce gâchis en termes d’internet, Ce que je peux dire avec certitude c’est que la méthode de travail standard est de trouver des solutions toutes faites sur internet sans se casser la tête.

    Voici un exemple, extrait du devoir qu’un étudiant de l’Université de Liège m’a remis en 2011-11 (je passe sur l’orthographe!):

    “[…] L’accessibilité de la nourriture est garantie lorsque les communautés et les ménages, y compris la totalité des individus qui les composent, disposent des ressources adéquates (argent, par exemple) pour se procurer les aliments nécessaires à un régime équilibré. Il dépend des revenus des ménages, de la répartition de ces revenus au sein de la famille et du prix des denrées. [(1) Il dépend également des droits et prérogatives sociaux, institutionnels et commerciaux des individus, notamment de la répartition publique des ressources et des systèmes de protection et d’aide sociale.]
    Pour que les denrée soient disponible, cela suppose qu’avant toutes choses les aliments doivent etre disponible en qualité et en quantité et cela passe necessairement par la croissance de l’agriculture à travers la planete. [(2) La terre – c’est-à-dire le sol – représente la base fondamentale de la richesse, l’élément sur lequel nous pouvons compter pour la survie de l’humanité.] Se basant sur une telle constation , d’enomes efforts ont été conscentis avec la revolution verte visant à ameliorer le rendement agricole . l’agriculture a été principalement orientée vers la recherche de la productivité. [(3) A partir des années 60 et jusqu’à la fin des années 80, l’amélioration des variétés végétales et des races animales, ainsi que l’application des techniques modernes de l’agriculture des pays tempérés (engrais, produits phyto et zoo sanitaires) a dominé le paysage.] La recherche, grâce à ce que l’on a appelé la «Révolution Verte», a permis d’accroître de manière spectaculaire les rendements en vue d’éloigné le spectre des famines.”

    Dans ce paragraphe sans structure bien définie, les passages soulignés sont purement et simplement “empruntés” sur le web, sans indication de la source (cliquer sur le lien!). On reconnait aisément les emprunts grâce à la rupture de style, un air de déjà vu et à l’orthographe!

    Quand je donne un 0/20 à un tel travail, je vois bien que ça passe mal chez mes collègues… qui, c’est mon impression, trouvent la réaction excessive et, sans doute, s’en fichent pas mal que l’étudiant plagie. Notez qu’en deuxième session, le même étudiant m’a remis un devoir en six pages, dont trois étaient écrites en français grammaticalement correct et sans erreurs d’orthographe, les autres étant de sa main!

    Comme je le disais, mon expérience en la matière est limitée; je suis convaincu, pour ma part, que les trois quarts des étudiants sont des “contremaitres déguisés”. Ils feront de bons techniciens qui feront ce qu’on leur dira de faire. Ils continueront à pratiquer le plagiat et le mensonge scientifique. Je n’en attendrais pas trop d’idées originales!

    Ci dessous, un dessin de l’artiste argentin Sergio Periotti (http://www.sergioperiotti.com.ar/). Merci pour le dessin, François

    By Sergio Periotti

    J’ai le netbook, le lecteur MP3, le pendrive, l’iPad. Papa, qu’utilisiez-vous à l’école? La tête! Denise, une de mes anciennes collègues à la FAO, disait de sa fille qu’elle est un electronic octopus à cause de son habitude de faire ses devoirs en écoutant de la musique, tandis qu’un film passe à la télé et qu’elle envoie un email à sa copine. Mieux que Napoléon!

  65. “Theories have four stages of acceptance. i) this is worthless nonsense; ii) this is an interesting, but perverse, point of view, iii) this is true, but quite unimportant; iv) I always said so.” (John Haldane)

    On se rapproche a vue d’oeil de la grande singularite technologique. Aux dernieres nouvelles, on la prevoyait pour 2045… quand Cochrane aura 32 ans.

  66. I don’t know if you or any of your colleages are interested but the Esperanto-Asocio de Britio will have an Esperanto stand at the London Language Show at the end of October.
    If you know of any Esperanto beginners there’s a taster course on Saturday afternoon as well.
    Tickets to the show are free, but you need to book using this link http://www.thelanguageshow.co.uk/page.cfm/link=7
    Amike salutas
    Brian

  67. Latin retains the irregularities of ethnic languages whereas Esperanto does not.

    Esperanto works! I’ve used it in speech and writing in about fifteen countries over recent years.

    Indeed, the language has some remarkable practical benefits. Personally, I’ve made friends around the world through Esperanto that I would never have been able to communicate with otherwise. And then there’s the Pasporta Servo, which provides free lodging and local information to Esperanto-speaking travellers in over 90 countries. Over recent years I have had guided tours of Berlin, Douala and Milan in this planned language. I have discussed philosophy with a Slovene poet, humour on television with a Bulgarian TV producer. I’ve discussed what life was like in East Berlin before the wall came down, how to cook perfect spaghetti, the advantages and disadvantages of monarchy, and so on. I recommend it, not just as an ideal but as a very practical way to overcome language barriers.

    Take a look at http://www.lernu.net

    Esperanto may not be perfect but it is ready for wider use.

  68. Bonan tagon, geamikoj!

    I have been a supporter of esperanto for many years… but I realise that the wording in the introductory paragraph , i.e. “insignificant” languages such as Esperanto and Latin may be confusing. I have converted this into reputedly “insignificant” languages such as Esperanto and Latin.

    Esperanto is the only language in which one can say “la cxielo bluas”

    We would need some high profile public figures to endorse and support esperanto. Have you read what Umberto Eco says about Esperanto?

    R, alias W

    By the way: there is a version of simplified Latin put forward by the Italian mathematicain Peano called Latino sine flessione

  69. Russian Gauge Railway in Krakow.

    A China-Poland connection on Russian gauge (Railway)would seriously endanger the Somali pirate booty opportunities.

  70. L’université de L. a finalement réalisé qu’il y a un problème. Il s’en est suivi un guide à l’attention des étudiants et chercheurs, téléchargeable ici. L’université a aussi fait imprimer un petit dépliant à l’usage des étudiants, dépliant que je n’ai pas trouvé sur le site de l’université et que j’ai posté ici.

    Je note le passage suivant, qui dédouane en quelque sorte les plagaires:

    Mal informé, pressé par le temps, il est tentant de penser qu’un copier-coller, “juste pour une fois”, “ce n’est pas si grave”… Et bien si ! Même si c’est occasionnel, même involontaire, même sans intention de nuire… un plagiat peut être lourd de conséquences. Avant de rédiger un travail, prenez toujours le temps de vous renseigner sur ce qui est permis… et ce qui ne l’est pas !

    L’université ne voit pas que les plagiaires pratiquent leur sport favori en professionnels, pas en amateurs. Je ne trouve pas une phrase plagiée isolée au milieu d’un ocean d’idées personnelles. Ce que je vois, ce sont des devoirs construits au moyen de blocs pris sur le web, où la seule contribution de l’étudiant se résume au cimentage plus ou moins (mal)adroit en français plus ou moins correct.

    Que risque l’étudiant? Le site de l’université donne ces détails:

    Article 18 :

    §1 Toute fraude ou plagiat entraîne automatiquement une note de 0/20 pour l’examen concerné. L’enseignant avertit aussitôt l’étudiant et le Président de jury (ou le Doyen si le Président est l’enseignant concerné). A sa demande, l’étudiant peut être entendu par le Président de jury (ou le Doyen si le Président est concerné).
    §2 Si le cas le justifie, il peut en outre être fait application des peines disciplinaires prévues par la loi du 23 avril 1953. Ces peines sont prononcées selon le cas par le Recteur ou le Conseil d’administration.
    §3 En cas de flagrant délit, l’enseignant ou l’une des personnes prévues à l’article 14 al.2 et 3, est habilité à prendre toute mesure utile à faire cesser la fraude. Dans les plus brefs délais, les faits sont communiqués par l’enseignant concerné au Président de jury.

    Les peines disciplinaires qui peuvent être prononcées sont les suivantes (article 60 de la Loi du 28 avril 1953) :

    A. Peines prononcées par le Recteur :

    1. admonition
    2. suspension du droit de fréquenter les cours, laboratoires et séminaires durant un mois
    3. suspension du droit de fréquenter l’Université pour une durée de plus d’un mois (sans pouvoir dépasser un an)

    B. Peine prononcée par le Conseil d’administration : l’exclusion.

    Je parlais hier avec un professeur de l’Université de Californie (Davis) où la règle est la tolérance zéro. Nous en sommes loin avec l’article 18 ci-dessus!

    Le copier coller est une méthode de travail plus ou moins intelligente. Il se peut que les étudiants n’aient pas appris à réfléchir par eux-mêmes. Les étudiants que je côtoie ont des lacunes énormes. Ils ne savent pas rédiger une bibliographie, parce qu’ils n’ont pas compris la logique de la bibliographie. Quand je m’insurge contre des références approximatives, au format on ne peut plus hétéroclite, on (les vrais profs!) me regarde avec commisération: pauvre vieux, il est reparti sur son dada! Ces mêmes étudiants n’ont aucune perception des ordres de grandeur, parce que personne n’a attiré leur attention sur l’importance de la connaissance quasi intuitive de ce qui est réaliste et de ce qui ne l’est pas. Voilà le vrai problème. Les universités sont sensées produire des gens qui réfléchissent par eux-mêmes. A la place, nous avons des gens qui restituent, sorte des systèmes input-ouput élémentaires ou l’input, on l’a deviné, est le web.

  71. The expression “International food security” is amazing for a country like Saudi Arabia. It looks like to the expression “energy security” for the USA…. except that USA is a superpower country with a super power army.

    One the other hand, what Saudi Arabia wants to do, is like the delocalization of the US and european industry in China. China learned how to process and produce high tech goods at a very competitive price (due, of course to very restrictive rights) !

    Is there any sustainable solution for this very rich country (who cares?). I think the only solution is a peacefull middel east region where food goods can be exchanged between high rainfall (Ex. Lebanon, Turkey) and dry countries (Ex. Saudi Arabia, Irak, Jordan).

    R.

  72. Excellent texte. J’aime beaucoup la “néo-paléontologie”, qui redessine tout, que ce soit les dinosaures ou nos ancêtres, de façon beaucoup plus détaillée et bien plus cohérente que l’historio-paléontologie “politique” de Napoléon III et consort.

    Du temps de la Bible, les graines d’épeautre étaient *germées*, avant d’être broyée et cuites et pain.

    Le gluten ; la protéine du blé, est relativement indigestible. Au mieux les intestins apprennent à la tolérer. Il parait que la raison principale pour laquelle la pâte à pain doit être pétrie et re-pétrie pendant des heures, est que l’allongement continuel de la pâte pendant le pétrissage étire/déroule les molécules de gluten, ce qui favorise leur rupture et donc favorise grandement leur assimilation finale.

    L’invention de la meule flottante a allongé la durée de vie des humains parce qu’elle permettait aux mangeurs de pain de garder leurs dents plus longtemps. Avant, de minuscules éclats de meule étaient mélangés à la farine et usaient prématurément les dents.

    C’est très intéressant la réflexion sur le fait que le pain se conserve. J’ai vu du pain de campagne se conserver deux semaines sans efforts… Du pain compact et fumé devait probablement se conserver deux mois ou plus. À comparer avec les baguettes de “pain” français que les industriels nous refilent à présent, qui tiennent moins de 24 heures… Sans parler des “meules” modernes qui tournent à très grande vitesse et éclatent les grains par choc, en générant brièvement de hautes températures qui modifient la chimie de la farine.

    C’est très intéressant de supposer que l’agriculture s’est développée pour répondre à la croissance démographique et pas le contraire. Tout comme les champs de blé se sont développés “en Wallonie” pour répondre aux besoins de l’armée romaine, avec à la clé l’invention de la première moissonneuse.

    Il est inévitable que Göbekli Tepe était religieusement fondé puisque à l’époque *tout* était religieusement fondé. Petit au grand, tout endroit avait son culte, son ou ses prêtres… Un ami se passionne pour le Cambodge et ses habitants et apprend à vivre avec les gens. *Tout* ce qu’il font, ou ne font pas, est articulé autour de pseudo-raisonnements superstitieux. La “religion” est d’une certaine façon les superstitions de l’élite. Elle sont plus générales, plus intellectuelles… éventuellement imposées au peuple qui n’y comprend pas tout…

    Je le sens bien, que le néolithique a été drivé par les besoins démographiques. Mais notre actuelle démence démographique, elle va engendrer quoi ? Des pays qui ne sont plus qu’une grande ville et on plante du blé sur les toits ? Cela entraîne quel ordre social ? J’ai un ami qui a des brevets dans les toitures vertes. ‘Faut que je lui envoie ton article… Une autre réponse, que tu donnes ailleurs, sont ces pays qui achètent de la terre cultivable dans d’autres pays. Du néocolonialisme, plus pour des minerais précieux ou des essences rares mais… juste pour pouvoir planter du blé ou du maïs et avoir à manger…

    La médecine moderne a une influence non négligeable sur la question. Avant, tu étais peu ou prou obligé d’acheter les denrées issues d’un lieu, aux personnes qui habitent le lieu. Et de les respecter, pour que la situation soit durable. Parce que, tu ne pouvais pas occuper le lieu toi-même, parce que tu ne lui étais pas adapté. Exemple tarte à la crème : chaque région d’Afrique a ses variantes propres de la malaria. Une personne née dans une certaine région, développé une réponse immunitaire mais uniquement contre les variantes locales de la malaria. Si elle voyage, elle se retrouve fragile face aux autres variantes, des autres endroits. Donc chacun tend à rester chez soi. Si tu vas chercher misère à des gens trop éloignés, les “esprits” qui hantent les lieux vont te vider de ton tonus vital…

    • Merci, Eric!

      Deux petits commentaires

      1. Tu dis “Du temps de la Bible, les graines d’épeautre étaient *germées*, avant d’être broyée et cuites et pain.”

      Pas que du temps de la bible… Il y a beaucoup de peuples qui germent les céréales avant de les consommer. C’est d’ailleurs un lien avec la bière (l’orge et le malt)! Souvent aussi, on germe ET on fermente les grains. Les Ghanéens fermentent le mais (qui s’appelle chez eux Guinea corn) avant d’en faire du cake (qui s’appelle, comme de juste “corn cake”). C’est horrible comme goût, mais supportable, comme un mélange de vinaigre et de pain moisi. Les Ethiopiens fermentent le teff avant de faire la injera. Le gout se rapproche de celui (enfin, de l’odeur) d’une lavette à vaisselle non lavée pendant deux semaines (= fermentation butyrique). Au début, je faisais un effort pour ne pas vexer la personne qui m’offrait à manger… et j’avais l’estomac retourné pendant deux jours. Après, j’ai mangé des patates!

      2. “Il est inévitable que Göbekli Tepe était religieusement fondé […] ”

      Je suis bien d’accord que religion=pouvoir… il suffit de se souvenir de nos cours d’histoire et de lire lire la presse pour s’en rendre compte plus près de nous! Mais dans le cas de Göbekli Tepe, certains (Banning) ne sont pas entièrement convaincus!

    • La question dents et meules. Il est bien connu que les dents étaient usées précocement par les éclats de pierre, mais il y avait tellement de causes de mortalité que je ne pense pas que cela a diminué de façon notable l’espérance de vie. De nombreuses populations se servent de leurs dents dans la vannerie, le travail des peaux… et cela use bien les incisives, mais les dents restent. Je ne parlent pas de ceux, statistiquement insignifiants qui vont “chercher la croissance avec les dents”!
      Deux remarques anecdotiques: l’état des dents est un indicateur du statut social des squelettes chez les étrusques: la plebs avait les dents usées par les éclats, les riches perdaient leurs dents parce qu’ils mangeaient peu de choses dures… Les jeunes filles paysannes pouvaient se faire arracher des dents pour valoir plus pour leur mariage: économie de frais et d’ennuis pour le futur mari! Ce n’était pas la norme, mais j’ai lu que cela existait là où la dot était importante.

  73. The star graphic certainly applies to “pre-inventions”! Perhaps it could be combined with the systems approach of Jared Diamond which is sort of too flat over time and can capture constellations of factors and inter-relations, but not so well slow processes.
    You seem to adopt a more Boserupian approach and the quarrel with Malthus has gone on, but as the previous comment shows, it is all at the same time over a long period. I think there is a misunderstanding on the Neolithic ‘revolution’ linked to a misrepresentation of slow processes: there is no Eureka and producing the first Neolithic baguette. The inventions took place over 100-200 generations and quite a large area through observations, chance and transmission, advancing here, regressing there… How can one find traces of this?

    You are very right in stressing how difficult the first ‘inventions’ were to make, to interrelate and build upon. Boserup who was a very remarkable person and had a profound influence somehow inherits a rather mechanistic approach from mid century economics which ignores the slow time over a long period… Before one reduced their mortality, slash and burn societies were quite stable: the possible population pressure was corrected by mortality and adjustments could be made on the areas slashed and burnt. In modern times population pressure led to out migration and environmental destruction…rather than innovation. But the difference is that the societies had no time to really invent or adjust! One can also imagine as you say, wheat grew nicely near the houses because of manure… and the grass was also used to light fires… some people would notice that the grains were roasted in the ash or lying on flat hot stones… One could also wonder if pastoralism is not similar to slash and burn: the herds graze and move on then return; and this could have slowed the development of agriculture.
    So, the seeds of change operated very slowly, but are not visible to our eyes although the last few years one has begun to see certain things, and what we call the Neolithic revolution is when the situation was ripe enough for us to see it, like the aorist in ancient greek: le résultat present d’une action passée. Just like I have always argued that the dispersal of humans happened long before and am happy to see signs of confirmation. However, one could not see it, one could only see concentrations.

    • Thanks for some thoughful comments, Jacques!

      I’ll comment on this sentence: “One could also wonder if pastoralism is not similar to slash and burn: the herds graze and move on then return; and this could have slowed the development of agriculture.

      It seems rather obvious that the food that is derived from herding and from hunting (essentially meat) is rather similar, while the food derived from cropping and “gathering” is different. In that sense, herding is the “traditional” way, and this is how I interpret the story of Cain and Abel… possibly a neolithic story! I wonder if there are others.

  74. I liked this post. It shows not only how the number and the quality of data are important in the science of forecasting, but also shows how we are influenced par data that are not independant from the phenomenn to be forecasted. I would like to respond to Culturomics par of the post. We all know how much information on the internet and also in the newspapers is polluted (influenced) by the influential groups and intelligence agencies, who aim at leading people to some events that are in preparation. The goal is of course to test if the event in preparation is acceptable, and otherwise make it more acceptable. The techniques are well known: repetition of keywords, rumors, stirring fear, etc.. Culturomics art, is a science that only schematize this psychological preparation which is carried out by invisible agencies. However, Culturomics is interesting in the way that it can detect these hidden preparations , which are sometimes invisible to most of us.

  75. La religion est, comme tout le monde le sait, un sujet aussi complexe que le cerveau de l’homme l’est. On peut la voir comme Einstein ou comme un illettré, pour ces deux personnes, le résultat est le même: Dieu existe. Je pense que ça vient de la façon dont notre cerveau a été formaté au cours des milliers d’années. On dit que les bébés préfèrent être couchés la tête près du mur, car il angoisseraient moins. Peut être ont ils besoin de repère? Même les scientifiques inventent des termes mystiques, comme la particule de Dieu (Boson de Higgs), pour laquelle des milliards sont dépensés pour la trouver. Il faudrait vérifier si le degré de croyance n’est pas inversement proportionnel à l’intelligence des hommes.

    On peut voir aussi la religion comme un formidable outil d’endoctrinement: Y a t-il au monde un texte qui influence autant les gens et qui a duré si longtemps? Je crois que ce sont des concentrés de psychologie humaine et celle-ci n’a pas beaucoup évolué au cours du temps. C’est fascinant de découvrir tous les traits communs de psychologie que nous avons et qui sont soit héritées soit apprises durant notre enfance. Les bouquins de psychologie sociale foisonnent de ces démonstrations qui font honte à notre intelligence.

  76. Thank you for this article.
    I was fascinated by the theory of Levy-Strauss on the origin of cooking foods, by the aspect of the original maize, and by the redundant ploidy of wheat. There is general agreement that the cooking of food, as the domestication of plants and cattle, began in the Neolithic. The need for pottery, the analysis of archaeological remains and the findings of the molecular and population genetics suggest this period. However, even the most appealing features of this history have their dark side. The so called “domestication syndrome” includes more appealing organoleptic features, higher nutritional properties and (at least in animals) lesser aggressiveness, obtained at the price of a very low survival and reproductive potential, if the species is returned to the original wild conditions.
    During the Neolithic the Homo sapiens was the only survival of all the species of Homo: had the different species domesticated each other? Is this the disquieting property of our species, or perhaps of the entire Genus, the ability not only to get slaves, but to modify them in order to induce the extinction of the less appreciated living beings?

    • Thanks, Anna Giulia

      it did not occur to me that organoleptic traits must have played a part in the domestication/selection of crops during the Neolithic… but cooking of food started much earlier.

      I had come across the concept of self-domestication, but species domesticating each other is an interesting concept!

  77. Un petit commentaire sur les condamnations de l’Aquila en Octobre 2012.

    Il faut accepter à mon sens une certaine culture du risque. Sinon, on arrive à ces absurdes procès -gagnés de plus- que l’on voit aux USA. Mon favori est celui où un couple dîne dans un restaurant, la jeune femme jette son verre à la figure de son compagnon, se lève et glisse dans la flaque qu’elle vient de faire. Le restaurateur fut jugé responsable. Je ne sais pas maintenant, mais de mon temps: années 50-60, les constructions sur la Côte d’Azur n’étaient pas aux normes anti sismiques dans une région qui l’est. Toutes les vieilles maisons ont des croix de fer pour cela. Le calcul est simple pour les entrepreneurs, architectes… il ne se passera rien pendant notre garantie décennale, si oui, on se met en faillite et puis ce sera une catastrophe naturelle et donc nous n’aurons aucune responsabilité… Donc les constructeurs ont intérêt à prendre le risque… et l’acheteur aussi parce que c’est moins cher… je trouve qu’au lycée les exercices de maths et de physique ou d’économie devraient aussi s’attaquer à des exemples très concrets…

  78. Eric just sent me a dialogue between two babies still in their mother’s womb. One believes in life after birth, but the other doesn’t. The believer is convinced that there will be a lot of light, that he will see his mother, that she is “everywhere” and looks after him already now etc. The non-believer doubts everything… the moral being to suggest that non-believers are wrong.

    I find this extremely interesting as a potential explanation for the concept of god. According to Wikipedia, we start having “biographical” memories from the age of 3 or so. If I make the hypothesis that we remember, no matter how confusely, the time before we were born, then we might well want to return to this happy time… and we have invented faith, god and life after death.

  79. Je crois que la notion d’ancêtres a également joué un rôle pivot. Beaucoup d’animaux apprennent de leurs parents par imprégnation mais peu d’animaux, comme les éléphants, les dauphins ou les grands singes, continuent à apprendre de leurs aînés dans une démarche construite. À un moment donné, les hominidés se sont mis à apprendre d’ancêtres défunts. C’est à dire que leurs parents, ou la tribu dans son ensemble, cultive explicitement l’enseignement ou l’exemple de défunts. C’est un puissant moteur identitaire, qui définit la tribu. C’est surtout un avantage évolutif considérable, non seulement de se souvenir de l’enseignement en lui-même, mais de se souvenir de qui avait dit quoi. Je ne souviens plus de combien de générations on se souvient explicitement chez les Fang mais il y en a quelques unes. Le souvenir des ancêtres devient vague à mesure qu’on remonte dans le temps. Il se dilue… et devient des notions générales, pour finir par la notion de divinités. Cultiver les divinités, c’est cultiver les ancêtres.

    En ce qui concerne le lien entre le monde physique et nos concepts mentaux, je crois que la privation sensorielle organisée dans les écoles compte pour beaucoup dans la situation de décrépitude de nos sociétés. Je prétends qu’un enfant qui n’a pas longuement travaillé de ses mains, de l’argile par exemple, ne peut pas réellement faire des Maths. Il peut au mieux faire du traitement symbolique à la chaîne comme le font les ordinateurs.

    En ce qui concerne le commentaire, on dit que ce sont les vieux qui lisent la Bible et qui croient en Dieu, parce qu’ils n’ont plus leurs parents pour veiller sur eux. Un autre élément, plus amusant, est en rapport avec le fait que les extraterrestres sont une alternative à la religion. Disons qu’une sorte de culte des extraterrestres, qui veillent sur nous etc… est une pièce de puzzle alternative pour certaines personnes qui n’adhèrent pas aux religions conventionnelles. Il existe aussi des synthèse des deux, comme les raéliens qui prétendent que Yéhova est un extraterrestre, qui va revenir bientôt sur Terre dans sa soucoupe volante. Une chose parmi d’autres dans la sous-culture extraterrestre sont les enlèvements de personnes, avec des comptes rendus étrangement similaires : “je ne souviens que très mal de ce qu’ils m’ont fait, il y avait des lumières aveuglantes, j’étais immobilisé sur une table, ils m’ont tripoté…” en particulier un élément traumatisant qui revient est la “sonde anale”. Il suffit de taper anal probe dans Google Images pour s’en convaincre. Un auteur a fait remarquer, je ne me souviens malheureusement pas de son nom, que tout cela correspond parfaitement à ce qu’un nouveau-né “subit” de la part de ses parents. Et qu’il est donc naturel qu’on en ait de vagues souvenirs déformés et que ces souvenirs semblent importants. En particulier il fait remarquer que si on tient compte des fortes limitations de la vision d’un nouveau-né et qu’on les applique au visage d’une mère se penchant vers lui, on obtient à peu près ceci :

    Extra-terrestre 'classique'
    Martien

  80. I would say this is the technique of the poor ! To be clear, I don’t mean this is a poor technique, but only a technique that best perform when little information is available (the case of weather stations). For instance, mixing cross-sectional data with times series is also a technique used by crop breeders, when available funds doesn’t allow to conduct crop breeding in many places or even for a long time. In this case, they breed for new varieties that perform better than checks, in average in many different environments. They consider then, that two different environments could be represented even by an experimental station in two different cropping seasons, or by two experimental stations within the same cropping season. In this way they can obtain contrasted crop responses, by simply breeding in a limited number of experimental stations and for a limited period of time.
    Quite different, but assuming also that time and space could be inverted, there is a statistical technique, called “Seemingly Unrelated Regressions (SUR)” and developed by Zellner (1962). This technique could be used in agro-meteorological crop forecasting to reduce prediction errors of coming from ordinary least square regression models (OLS) (see Balaghi, 2006). It is used when connections exist between different regression models (we also say a system of regression models), that are developed in different locations, or explicitly, when residual errors of several regressions using different data sets that span the same period of time could be correlated among themselves.
    We often mix space and time in agrometeorology, as in many cases these two dimensions are not completely independent. This evidence is providence for forecasters which always play with insufficient or poor quality data and knowledge. We can recognize good forecasters through their ability to detect crop response to the interaction between space and time, and the way they find the theory behind the crop response to the various environments that in fact were the drivers of their genetic material.

  81. In June 2009, the World Health Organization declared the new strain of swine-origin H1N1 as a pandemic. This strain is often called swine flu by the public media. This novel virus spread worldwide and had caused about 17,000 deaths by the start of 2010. On August 10, 2010, the World Health Organization declared the H1N1 influenza pandemic over, saying worldwide flu activity had returned to typical seasonal patterns.`-

  82. The BBC had an interesting story today (20130529, http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-22692453) about a Sri Lankan official who apologized for calling a cyclone Mahasen: “Meteorology department director-general SH Kariyawasam said that he was sorry “if any insult was caused to King Mahasen or the country’s proud history”. To say the truth, it is thanks to the “insult” that non Sri Lankans have ever heard of Mahasen… Thanks, Dr Kariyawasam, and please stop the nonsense!

  83. Fameux ! Belle synthèse !
    Je retrouve beaucoup de chose ici en finalement quelques mots.
    Me permettrai-je de traduire ceci pour des petits camarades ?

    • Merci, Philippe… C’est, si tu le souhaites, avec plaisir que je participerais à une traduction. En fait, c’est en réaction à de nombreux textes que j’ai lus depuis que je suis à B. que j’ai rédigé ce texte: les champs sémantiques du C. et de l’anglais ne se recouvrent pas, ce qui est source d’innombrables “malentendus”. Mais il y a pire: (1) la plupart de mes collègues n’ont pas de formation particulière dans le domaine de l’agronomie, et il en résulte un beau flou terminologique, et souvent des erreurs que personne ne remarque, par exemple “dryland agriculture” est presque toujours confondu avec “rainfed agriculture”; (2) beaucoup de personnes se soucient peu de la rigueur terminologique… qui est pourtant essentielle dans tous les domaines scientifiques. Ça, c’est un problème plus profond et sérieux d’une approche trop « technicienne » de la science.

      Mais il y a aussi de belle satisfactions: je signalais l´autre jour dans une réunion que les “crop residues” du blé s’appellent “stubble.” Du coup, on n’arrête pas de me parler de “stubble monitoring” et de “stubble carbon content.”

    • L’Italie est un pays dont le chef du gouvernement, Berlusconi, a déclaré qu’il fallait être malade mental et schizophrène pour être magistrat…
      Cette déclaration devrait être impossible en démocratie. Elle n’a donné lieu à aucune plainte en justice ni à un vote de défiance du parlement.
      La démocratie italienne ne serait donc pas ce qu’elle dit être. Ni la démocratie représentative en général.

      • Un des meilleurs résultats de Berlusconi, c’était la loi sur le “legittimo sospetto” (suspicion légitime; http://it.wikipedia.org/wiki/Legittimo_sospetto) qui permet à un inculpé de faire transférer un procès dans une autre localité où les juges seront plus “objectifs”. L’italie mettra du temps à se remettre de Berlusconi et de quelques autres tordus (Beppe Grillo). La période Berlusconi (élu trois fois!) montre en tout cas que le glissement vers la dictature est graduel, très graduel… qu’l est souvent librement consenti et qu’il est difficile de savoir quand il faut tirer le signal d’alarme.

  84. Greetings from Carolina! I’m bored at work so I decided to check out your blog on my iphone during lunch break. I love the information you present here and can’t
    wait to take a look when I get home. I’m amazed at how fast your blog loaded on my phone .. I’m not even using WIFI, just 3G ..
    Anyways, excellent site!

    • I have always wondered to what level it is possible to take a text without mentioning any subject, as in the spam comment above. Clearly, the trick is in “the information (you present)”, which can be anything. It would also be possible to mention the “complexity” of the subject, it’s various facets, stakeholders etc. while still maintaining an apparent logic. There is also historical considerations, the institutional context and “other authors.” Let’s try: The subject is obviously complex. It should be possible to better understand related issues if we paid greater attention to the roots of the current situation and the institutional context, but then we are likely to run into difficulties with the data. They are, as we all know, rather uncertain. This is probably why there is no consensus on the likely future developments among different authors. Only additional research will tell us!

  85. The only other reference of the exact text I could find by using some untranslated keywords is here:

    http://www.eunet.lv/library/lat/STRUGACKIE/bmn.txt_Piece40.07

    Which, it would appear, comes from a way bigger text:

    http://www.eunet.lv/library/lat/STRUGACKIE/bmn.txt

    But Google translate can’t give me a clear read if it’s Lithuanian, Serbian, or Latvian… I’m certainly no language expert.. From what I gathered it’s from B.N.Strugackij which might be Boris Strugatsky, a Russian fiction writer (http://en.wikipedia.org/wiki/Arkady_and_Boris_Strugatsky))

    But yea, the page in itself is quite strange, nothing in the source code gives us any indication of what the purpose or reason is. Except that the character encoding used on the HTML is Windows-1251 which is specifically used for Cyrillic scripts (mostly Bulgarian, Serbian and Macedonian), even though there is no specific Cyrillic character on this page.

    The domain in itself is registered by a certain O. Grytsai, in Switzerland, who seems to own 66 other domain names under the email he registered this one for: http://www.webboar.com/whois-email/dotcom.laboratory@gmail.com

    Which leads me to think that the text is just some lorem ipsum indeed for domain trade. I didn’t check the other domains owned by that person, might lead to similar pages!

  86. Effectivement le Food for Work a ete mis en place par les anglais au moment de la famine; c’est de cette epoque que datent certains murs de pierre (notamment ceux qui descendent de collines/montagnes et dont l’utilité n’est pas toujours evidente a priori); j’ai lu aussi que des députés avaient demandé que l’on importe du blé des Indes (corn dans le texte que j’ai lu sur l’histoire du Connemara) et qu’on le distribue, la question etait de decider s’il fallait le distribuer gratuitement ou pas (et comme il ne fallait pas inciter le “penchant bien connu” des irlandais a l’assistanat et la paresse…)…
    Le livre rapportait que des proprietaires terriens ont aidé leurs fermiers (les ont logés, nourris) et certains se sont ruinés.

    Enfin, il me semble avoir lu qu’alors que la famine avait été déclarée (dans certains counties) les exportations de produits agricoles d’Irlande vers l’Angleterre ont continué. Des députés ont demandé l’arret de ces exportations (en vain je crois). Une exportation de grains similaire a eu lieu lors d’une famine en Inde au 19e siecle il me semble. Le plan (d’exportation) “va rispettato”, sinon a quoi servent les plans?

    • Merci pour ce commentaire, Hervé, et merci pour avoir creusé aussi “profond” dans ce blog. Il existe une quantité énorme de bouqins, chansons, anecdotes, vérités et contre-vérités sur cette famine! Il est certain qu’elle a été utilisée par les propriétaires terriens pour se défaire de leurs “locataires”: la soupe populaire n’était accessible qu’aux indigents avérés. Donc, si tu étais propriétaire, tu n’avais droit à la soupe gratuite que si tu avais liquidé tes biens! Une fois les terres débarrassées des paysans, on pouvait y élever plus facilement des moutons qui rapportaient bien plus que les loyers. Le même phénomène s’est produit dans d’autres zones du Royaume Uni (on parle de “land clearance”).

      Ce qui est moins connu, c’est (comme je le signale dans le billet) que cette famine a affecté une grande partie du nord de la France, de la Belgique, de la Hollande et de l’Allemagne aussi. Avec des histoires assez tragiques: un groupe de Rhénans avait tout vendu et avait acheté des billets pour l’Amérique, avec embarquement à Brest (si j’ai bon souvenir… ou un autre port du nord de la France). Arrivés sur place: pas de bateau, pas de compagnie maritime. Ils avaient été escroqués! Ils sont restés sur place jusqu’à épuisement de leurs fonds… et ils sont devenus un problème pour les autorités, qui ont finalement decidé de se défaire d’eux… en les expédiant en Algérie!

      J’ai parlé à un Notaire dans le Brabant wallon (pays de riches betteraviers et cultivateurs de blé!) dont l’étude remontait aux années 1830. Il m’a dit que la taille impressionnante (pour la Belgique!) de certaines fermes remonte à cette époque: les moins pauvres ont acheté les fermes et les terres des plus pauvres, forcés d’émiger!

    • Assurément/indeed… Mais la planète et nous, ça fait presque un. A long terme, la planète se sauvera, c’est sûr, avec ou sans nous. Tu connais la fameuse formule de Drake sur le nombre de civilisations extra-terrestres. Il est extrêmement probable que d’autres civilisations existent, mais pourquoi n’en voyons-nous rien? Parmi ces civilisations, il doit y en avoir qui sont beaucoup plus avancées que nous, à beaucoup de points de vue qu’on peut imaginer: économique, éthique, technologique, hédonique, félicitaire (j’invente le mot pour l’occasion) etc. Ces civilisations ont peut-être des lois de non-ingérence (la fameuse Directive Première de Startrek!), ou de un “impératif de rester chez soi” ou alors, et c’est ce que je crois, les civilisations finissent par se détruire avant de comprendre que le technologique et l’économique doivent être subordonnés aux trois autres catégories. Si nous ne recevons pas de signal des petits Martiens, c’est parce qu’ils ont pris la même route que nous et se sont suicidés en tant que civilisation avant d’être capables de venir nous saluer.

      • Ma position est qu’il faut être rigoureux sur ce genre d’affirmations fausses trop souvent répétées.
        Nous proférons assez d’inexactitudes inconscientes pour ne pas en remettre une couche en toute conscience.

        Amusons-nous avec une psychologie, certes un peu facile, des effets collatéraux de la vérité dont il est question:

        1. Parler de la mort de la planète et de sauver la planète, active notre côté suicidaire plus ou moins universellement répandu. “Après tout, m…!”

        2. Se limiter à l’énoncé exact selon lequel, de toute façon, avec ou sans nous, la planète poursuit sa course impavide, active en revanche la crainte tout aussi répandue, dont à peu près personne n’est exempt, d’être abandonné. Et ça, on n’aime pas, hein, une fois !

        Comme toujours un grain de vérité, si petit soit-il, nous rend meilleurs et plus adéquats.

  87. Ne jetons pas la pierre à ce journaliste qui, à défaut de rigueur, a au moins été capable de trouver un titre accrocheur, imagé et je trouve, ne manquant pas d’humour… raison principale de mon post.

    Ceci dit, pour en revenir à la croisade paternelle, au delà de ce journaliste, j’ose espérer que cet article est passé entre les main d’un rédacteur en chef avant d’être publié. Dans un élan d’optimisme forcé, je me dis que, tant le journaliste que le rédacteur, avaient bien conscience de l'”information” qu’ils publiaient… et je me pose la question du pourquoi? Probablement parce que c’est le genre d’information que leurs lecteurs demandent… et qu’on la leur donne… voici peut-être quelque chose de plus préoccupant…

    Pour conclure, ce cas n’est pas isolé… en voici quelques autres exemples d’information capitale:

    Mozart rend les coloscopies plus performantes Le Figaro ( http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/11/02/15287-mozart-rend-coloscopies-plus-performantes )

    Un stylo passe 25 ans dans l’estomac d’une femme et fonctionne toujours Le Matin ( http://www.lematin.ch/faits-divers/Un-stylo-passe-25-ans-dans-lestomac-dune-femme-et-fonctionne-toujours/story/25381541?comments=1 )

    La chèvre bloquée sur le rocher pourrait être… un mouton ! La Montagne ( http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2012/02/09/la-chevre-bloquee-sur-le-rocher-pourrait-etre-un-mouton_174784.html )

    • J’adore l’histoire de la chèvre! Ça me rappelle deux autres histoires. Celle du mouton australien, qui ne fait jamais rire personne… et celle de l’ibex des Pyrénées, sous espèce de chèvre sauvage, à présent éteinte, dont le dernier survivant est mort dans un zoo espagnol en 2006. Voici ce que dit wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Pyrenean_Ibex): “The last natural Pyrenean ibex, a female named Celia, was found dead on January 6, 2000, next to a fallen tree. Although her cause of death is known, the reason for the extinction of the subspecies as a whole is a mystery.” Bien que la cause de sa mort soit connue, l’extinction de la sous-espèce reste un mystère, dit wikipedia. Voici la vérité. Celia a été trouvée “next to a fallen tree”. En fait, l’arbre a été frappépar la foudre, et le dernier ibex vivant a donc été foudroyé. La cause de l’extinction de la sous-espèce est un mystère? Que nenni: c’est Dieu qui en voulu ainsi.

  88. Pisque nous parlons de calmar… je suppose que tout le monde connait “Le rêve de la femme du pêcheur”, de Katsushika Hokusai, un dessins très plagié et “adapté”! Voir http://www.katsushikahokusai.org/Dream-of-the-Fisherman's-Wife-large.html. Quand j’ai voulu ouvrir le site, la censure chinoise est entrée en action avec ses gros sabots et j’ai eu droit à l’habituel “peux pas!” J’ai du activer un canal VPN et j’ai pu poursuivre.

  89. Elisabeth vient de m’envoyer ceci:
    UN B34U JOUR D’373,
    J’37415 5UR L4 PL4G3 37 J3 R3G4RD415 D3UX J3UN35 F1LL35 JOU4N7 D4N5 L3 54BL3.
    3LL35 CON57RU15413N7 UN CHÂ734U D3 54BL3, 4V3C 7OUR5, P4554G35 C4CH35 37
    PON7-L3V15. 4LOR5 QU’3LL35 73RM1N413N7, UN3 V4GU3 357 4RR1V33 37 4 7OU7
    D37RU17, R3DU154N7 L3 CH4734U 3N UN 745 D3 54BL3 37 D’3CUM3.J’41 CRU QU’4PR35
    74N7 D’3FFOR7, L35 F1LL37735 COM3NÇ3R413N7 4 PL3UR3R, M415 4U CON7R41R3
    3LL35 COURRUR3N7 5UR L4 PL4G3, R14N7 37 JOU4N7 37 COMM3NÇ3R3N7 4
    CON57RU1R3 UN 4U7R3 CHÂ734U. J’41 COMPR15 QU3 J3 V3N415 D’4PPR3NDR3 UN3
    GR4ND3 L3ÇON. NOU5 P455ON5 UN3 GR4ND3 P4R713 D3 NO7R3 V13 4 CON57RU1R3 D35
    CHO535 M415 LOR5QU3 PLU5 74RD UN3 V4GU3 L35 D3MOL17, L35 53UL35 CHO535 QU1
    R3573N7 5ON7 L’4M1713, L’4MOUR 37 L ‘4FF3C71ON 37 L35 M41N5 D35 G3N5 QU1 5ON7
    C4P4BL35 D3 NOU5 F41R3 5OUR1R3.

  90. Voici quelques commentaires relatifs à Copernic, un programme pour Windows qui fonctionne à peu près comme RECOLL. Une fois qu’on a indixé les fichiers, l’indexation se produit au coup par coup et de façon non-intrusive. Autre avantage: les recherches sont simples, le programme accepte AND, OR, NEAR et les parenthèses, et les résultats peuvent ensuite être filtrées par type de fichier, date etc. Je sais que commentaire ressemble à une pub pour Dash (merci, Dash!), mais c’est comme ça que je vois ce logiciel. Il coûte 68$ (TVA comprise) dans la version complète, nécessaire si vous avez plus de 75000 fichiers.

    Je disais que RECOLL est “à peu près équivalent” à COPERNIC: pls flexible pour l’indexation mais plus compliqué pour les recherches (plus flexibles aussi, évidemment, mais ce n’est pas utile) et on ne peut pas filtrer les résultats. Parmi les autres, les outils fournis par Windows sont lamentables. Google Desktop, qui est mentionné dans ce billet n’est pas mal, mais comme presque tous les trucs google, il n’a jamais éte mis à jour. C’est la technique Google: on lance un produit. Si le succès est planétaire et immédiat et la croissance continue, on investit, sinon, on abandonne. Il faut voir le site sur wikipedia, qui a manifestement été préparé par Google. J’ajoute aussi que Google Desktop avait une version linux! Parmi les 13 programmes fournis dans cette liste, il y en a 13 pour windows, 9 pour linux et 4 pour Mac.

    Google Desktop avait d’autres caractéristiques typiques de cette Maison: on prend l’utilisateur pour un imbécile en prenant les décisions pour lui; en classant, par exemple, les résultats de la recherche par “relevance” (pertinence?)… mais sans jamais expliquer comment ce concept se définit. J’avais essayé d’obtenir des infos, mais on ne m’a jamais répondu. Google Desktop avait un autre énorme défaut: on pouvait sélectionner où on veut faire la recherche: le disque dur et/ou le web et/ou le courrier électronique, si je me souviens bien. Même si on “dé-sélectionnait” le web, Goggle Desktop essayait et ré-essayait sans cesse (comme l’ouvrage sur le métier!) de se connecter au web… C’est cette caractéristique qui a fini par avoir raison de ma patience!

    • Evidemment, Copernic n’est pas exempt de défauts. Par exemple, on ne peut pas arrêter l’indexation ou n’effectuer celle-ci qu’à la demande. Autre défaut: “désinformation” est trouvé par “information” entre guillemets!

    • I have run into problems with Copernic around Easter, with they took a very long time to fix. I needed a working search engine and tried some other programmes, eventually settling for dtSearch. For professional use and searching mostly text files, the programme is better than Copernic. Here are some of the reasons

      * possibility to use synonyms (search “war” and find “guerra” and “conflict”; search for Africa and find “Algeria”, “Angola”, “Benin”…)

      * control over stopwords (which results in much smaller and efficient indices); there’s also the possibility to exclude numbers: As I have many datafiles, this is a very useful option.

      * finds folders (Copernic doesn’t)

      * less exotic interface, but I agree that’s very subjective

      * option to search files by specifying which extensions to include OR to exclude (Copernic has only the second)

      * several separate indices, which can be updated separately too

      * better search options (proximity search)

      * visualisation of keywords

      * significantly faster updating of indices

  91. On 20140419 I got a comment to this webpage, which I’ll allow (below) in a minute. I first thought it to be spam, but I now have some doubts… after looking up the “Grainboard” website (http://www.thegrainboard.com/). To start with, the website became active in July 2013 and publishes very “soft” and completely unrelated material. How to describe it? Maybe “grey” or “neutral” is the best word. Why would a website publish unrelated and uninteresting stuff. What’s the purpose?

    Interestingly, there is now an “About us” link, which includes the following information:

    The Grain Board website was created to help share knowledge to those who seek anything from the small grains that fill the gaps in what we need to know to the large segments, the new discoveries so to speak. We offer a wide range for you to search from. The site was designed to be useful in finding the very best advice and current information on helping you succeed in your business or educational pursuits. We will direct you to the very best online resources. We realize that YOU insist upon the most effective ways and means of obtain facts, we offer you no cost smart critical reviews and resources of the finest information available today.

    Well, if that’s not “neutral”… But there is more:

    We really do not suggest any particular solution. Rather, our site is made to provide impartial advice in order to aid users in making an educated selection.

    This comes very close to a reply I wrote to another (obviously spam) comment received to the Mixing oil, water and food in Saudi Arabia post (the comment is the one published on 20130819 at 04:26): I have always wondered to what extent is it possible to write a text that says nothing, that has no discernible information (beyond implicit meta-information) while maintaining a logical structure apparently produced by a functioning mind.

    My personal feeling is that we just cannot maintain a high level of abstraction before we come down to earth again. And that’s specifically because we think in terms of physical categories and allegories: we sometimes have heavy feet, or I can take a weight off my mind, or I can do something light-heartedly… Clearly, these expressions have nothing to do with the laws of gravity; instead, they go back to the very early days when we humans started expressing our feeling, but resorting to terms borrowed from the familiar physical world.

    Somehow, it’s the words themselves that add substance because of various connotations. As if the empty and immaterial container (the text) were filled from the walls. It’s not unlike inventing a clay pot: something around nothing. Clearly, whoever invented the clay pot was a genius to have grasped this concept. This is very much what I say in another post about Naming the invisible: if you are confronted with something you don’t know or understand, just give it a name. It makes the unknown thing much tamer and familiar: now we can start using the thing. It is as if the language created the substance.

    Let’s come back to this concept of “text without a meaning.” The Grainboard website achieves his “nothingness” using another technique: actually talking about some substance, but doing so very superficially, cutting out all angles that might attract the attention of a chance visitor, to remain as grey and unobtrusive as possible. It’s fascinating! Is it intentional? And who’s behind it? Is someone doing an experiment in semantics?
    The WordPress email informing me about the post has the following

    information: E-mail : XXXX@yahoo.com
    URL : http://YYYY.wordpress.com/
    Whois : http://whois.arin.net/rest/ip/zz.zz.zz.zz

    The URL points to a site that exists; the look and the wording confirm the science fiction connection. There a link to leave a comment, and several other links that I hesitate to activate without taking some precautions. Unfortunately, I recently had to switch to windows from linux and I do not trust the new computer: It just does too many things in my back (note another allegorical expression).

    The Whois link tells me that the Net Type is allocated to the Asia Pacific Network Information Centre, but the APNIC site does not provide additional info. It does bring us closer to China, though!

    One of these days, I’ll drop them a line and ask. That will probably clarify much of the issue, while at the same time losing the fascination that was attached to the original “Grainboard”, and that’s Sad and kolenopreklonennogo. Crushed!

    PS 1: the new “Grainboard” site even has a privacy policy. Read it (to the end)!

    PS 2: the comment below had a link that apparently downloads some files. I have deactivated the link pending a closer examination.

  92. This is very useful paper. The paper has solved a lot of challenges I had with understanding the Miami model. It is written in plain English, removing all the technicalities that make beginners in the field to easily progress. Thank you so much. However, my challenge is that I would like to cite it in my work. How do I proceed. Kindly assist.

  93. I just updated the chrono section in https://wergosum.com/?page_id=2761 with a rather interesting book on 20140420 (The Origin of Indo-European Languages, Franco Rendich, 2013). Here are two quotes.

    Loc. 344-47: “He who creation came from, may have decided on it himself. Or else not. He who watches from high heaven might know its origin. And perhaps not”.
    As can be seen, this hymn ends with some questions and with a clear uncertainty as to the origin of Creation and the role performed by the Creator. These questions and this doubt will open the way to Indo-European metaphysics by stirring the conflict between science and faith. They still exist even today, from the depth of Vedic myth, and they transmit to us their message of sensitivity and intelligence.

    Loc. 1118-25: The two oceans invented the gods and gave them names to make manifest to mankind the divine prerogatives of the waters. The theological project of the cosmic waters is now clear on all points. It had been the waters that had conceived Varu?a, Indra and the N?satyas, created in their image and likeness, by inserting their symbol in their names—the consonant n [na]. The crowning proof of what I have heretofore stated is found within the Sanskrit term “n?man”, which “nomen” comes from in Latin and nome in Italian, which means “thought [man] of the waters [n?]”.

  94. Dear René,

    Thank you very much for your efforts to popularize the agro-meteorological science. What I’m going to write, is not directly related to the rules that you just mentioned but it must be said to the adventurers who want to engage in predicting crop yields. In general, whatever the prediction you make at the country level, there are few people who can contradict you because nobody has reasonable means to achieve a comprehensive assessment. You will also note that the figures you provide do not make policy makers happy. You will also notice that the quality of your predicted yields will be swallowed up by the enormity of the area estimation error, so that ultimately the production figures will have no relationship with your work. Conclusion: arm yourself with your skill and patience to fight against the skeptics and politicians, even with the best science in the world. But ultimately, they will recognize your skills through your methodological approach. The three rules of René Gommes are a very good start for beginners and not so beginners.

    Riad

    • Many thanks, Riad, for the comments and for being my most faithful reader! You are quire right, actually. Maybe the first rule should be “Be patient with all your customers and keep trying”.

  95. vive l’Europe ! et quand on parle “Europe” il faut dire France et Allemagne, les autres pays sont quantité négligeable, et n’ont qu’à se rallier aux diktats des super- héros.CQFD

  96. Et les Belges sont d’autant plus bêtes d’avoir annulé que c’est la Monnaie de Paris qui produit les médailles relatives au bicentenaire de la bataille de Waterloo. Il parait que la pièce proposée aux touristes,à Waterloo, depuis 2014 est frappée “Monnaie de Paris” et que celles qui seront proposées à Waterloo cet été, représentant Napo,Blücher et Wellington sont toutes produites à Paris.

    L’argent n’a pas d’odeur,c’est bien connu! Les pièces en euros et les médailles commémoratives sont deux services parallèles de la monnaie de Paris.

    Mais il parait qu’il y a déjà eu un précédent. La France, depuis 2014, envisageait une pièce de 2 euros pour commémorer le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, mais que la Commission Européenne s’y est opposée, il y a un mois, suite à une “pression de l’Italie”.

    Pour ne pas tout perdre,la Belgique envisage l’idée d’une médaille qui utiliserait la gravure de la pièce. Mais il y a quand même déjà 175.000 pièces d’euros produites, ainsi que des coffrets commémoratifs, dont coût 50.000 euros.

    Pour vous faire rire un peu plus: quand de Gaulle, Mitterand et Chirac se rendaient en visite officielle à Londres, ils demandaient à chacune de leurs visites qu’on recouvre les fresques murales de Waterloo et Trafalgar de la galerie royale de Westminster !!

    • Merci pour l’info sur la pièce commémorative de Marigna-1515! Je l’ai ajoutée dans le texte. Pour Waterloo et Trafalgar cachés lors des visites de présidents français, vous avez une source ou d’autres détails?

  97. Un an après, on continue à s’interroger! La grande manifestation, c´est, d’après Emmanuel Todd

    http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/160515/sur-l-esprit-du-11-janvier-le-debat-todd-badiou

    l’union du centre socialo-UMPiste désormais indiddociables, sans repères, qui a peur de son ombre, de son absence de religion, de projet et d’avenir!

    R.

    Voir: http://www.amazon.fr/Qui-est-Charlie-Sociologie-religieuse/dp/202127909X/ref=sr_1_1/277-9961221-2293353?s=books&ie=UTF8&qid=1431839514&sr=1-1&keywords=emmanuel+todd

  98. We all love to criticize Americans.This is the biggest world wide entertainment I have seen so far. And if you criticize American Presidents,it is superb.

    When they score 353 nobel prizes, they will go the way they like.Is it not too wild?

    People have criticized the American presidents for various reasons and have used different criterias, but your criteria to use a measuring tape to criticize American presidents is unique of all. Mr. Gauss never knew that you will make an invaluable and excellent use of his techniqu .

    Rene! You deserve a Nobel prize for this innovative criticism.

  99. Merci pour cette pièce, très intéressante. Au Royaume du Rwanda, la différence entre les rois (et leurs entourages) et le reste de la population était devenue tellement prononcée que certains y voyaient plutôt des origines ethniques différentes. Était-ce peut-être le résultat d’une sélection d’élites sur une très grande période (presque 1000 ans en effet)?

    Pour revenir aux stars elles-mémés, on voit en fait une réduction de la variance dans les tailles des candidats présidents au cours du temps. Certes la différence entre la taille des présidents et la moyenne de la population tend a se réduire aussi, les tendances que l’on voit sur la figure 2 s’interprètent dans la logique que les “petits” n’osent plus se présenter comme candidat !!

    La question du “Pourquoi” dans le titre du post ne me semble pas totalement traitée. “In a nutshell: the tallest people are tall because they grew up in more favourable environments than the rest of the population; they are also in better health, enjoy greater wealth and a higher level of education.”. OK. Nos amis Dinka devraient diriger l’Union Africaine, et concourir contre les Suédois pour les postes a l’ONU !!

    Un aspect qui me semble important dans le cas des USA, c’est que la campagne présidentielle comporte une grande partie de débats et discours publics qui font jouer énormément l’apparence des candidats. Cela se voit de plus en plus, car les “petits” n’ont plus aucune chance avec la diffusion directe des images sous tous les angles.

    Il me semble que, en France, ou la réussite d’un candidat dépend plus du soutien du parti, la différence de taille (!) entre les présidents et la population est probablement nulle, voire négative avec les deux derniers qui tirent la moyenne vers le bas!! Un sujet pour le prochain post???

  100. Je suis déçu que ce soit la taille qui semble déterminante.

    J’ai toujours cru que je ne pourrai jamais être président des Etats-Unis parce que j’étais incapable de répondre à des questions de journalistes tout en faisant mon footing.

    Comme quoi nous sommes peu de chose.

    Ne te laisse quand même pas étreindre par de trop fortes angoisses métaphysiques.

  101. Pas un commentaire, mais service coquille:
    – ” Le mildiou a touché de même le sud de l’Angleterre, le nord de la France, la Belgique , les Pays Bas et l’Allemagne, où elle est bien documentée notamment grâce aux chroniques communales. ”
    ‘elle’ ?
    – pas d’espace avant la virgule de ‘Belgique’

  102. Intéressant!
    Les sources prussiennes tendraient à donner une prééminence aux impératifs étatiques sur les besoins de l’industrie, qui sont postérieurs.

  103. Il me semble que le premier objectif était de soutenir et développer le ‘despotisme éclairé’ ce qui, bizarrement, exigeait de développer une armée performante (les éclairs des sabres, du soleil sur les casques et les cuirasses soulignent le côté ‘éclairé’ du despotisme) : puis on s’est rendu compte que cela exigeait une industrie et une standardisation… La chronologie est logique. A cela s’ajoute le problème du protestantisme qui reconnait l’individu et là la quadrature du cercle a un peu coincé. Par contraste en Angleterre, l’accent étant mis sur le mercantilisme, il fallait un système éducatif qui primait l’individu sur l’Etat et la promotion des ‘3 Rs’ : Reading, Riting and Rithmetic’ ! La France en retard sur l’industrialisation et le commerce avait moins besoin de gens éduqués. Il fallait une population rurale pour fournir les troupes nécessaires à la colonisation…
    Le billet de René, à partir de l’exemple du bulletin de Joly mériterait de développer davantage le besoin de promouvoir l’importance de la religion (sabre et goupillon) qui confirme bien la finalité ‘serviteur de l’Etat’ de l’éducation. La Hausfrau en contrepartie devait pondre. Le triangle : école, père/mari fonctionnaire et sa femme/Hausfrau/Mutter suffisamment éduqués devaient assurer l’encadrement des petits et les « élever » suivant les besoins de l’Etat.

  104. J’oubliais of course la Hausfrau : les 3 K : Kinder, Küche, Kirche… et la boucle est bouclée ! Un système solide !

  105. Ce que j’en avais compris est qu’à l’origine le Roi de Prusse était gêné parce que la seule classe sur laquelle il pouvait compter pour faire le travail de clerc, comptable et autres fonctionnaires nécessaires aux rouages de l’État, était la noblesse. Eux seuls recevaient l’instruction nécessaire, dès la petite enfance. Mais, la noblesse manquait de respect pour le bouffon sur le trône, sans doute parfois pour de bonnes raisons. Il a donc été fondé des écoles pour donner l’éducation nécessaire à des enfants qui n’étaient pas nobles. Dans ces écoles, il était endoctriné que le Roi était infaillible et que son commandement devait être exécuté à la lettre et en toutes choses. Il semble que des aspects de ces écoles étaient criticables, genre violence et sectarisme. Les humanistes mentionnés dans le billet sont les personnes qui auraient retravaillé ce système scolaire, pour lui donner une forme qui serait reconnaissable actuellement. On venait de l’étranger pour voir ça et les visiteurs américains ont été babas de l’obéissance dont faisaient preuve les enfants.

  106. > Mais les bonnes intentions n’ont pas empêché le recyclage du système scolaire pour les besoins grandissants de “conformité”

    Il y a en fait une misère inhérente aux bonnes intentions.
    Elles portent en elles-même tout l’impensé de leurs auteurs, et n’ont pas besoin d’un ‘recyclage’ pour développer des effets étrangers à la conscience, mais pas à l’inconscience, de leurs auteurs.

    • Assez curieusement, j’ai même l’impression que qu’est comme ça que procède l’évolution. Quand les plumes sont apparues chez les dinosaures, elles servaient sans doute seulement à faire joli ou à impressionner les dames. Par la suite, elles ont servi à tenir chaud et pour finir, à voler. Le vol est un effet secondaire. C’est le fameux spandrel de Gould (https://wergosum.com/god-explained/, https://fr.wikipedia.org/wiki/Trompe_%28biologie%29) dont je viens d’apprendre sur Wikipedia qu’il s’appelle “trompe” en Français. C’est aussi comme ça que fonctionnnent nombre d’innovations. Elles existent parfois depuis longtemps, et quand les conditions s’y prêtent, elles explosent. Je crois que c’est aussi la raison d’être de la polyallélie: des caractères qui varient sur une grande amplitude, et puis un jour il y en a un qui donne un avantage sélectif.

  107. Votre billet est pour le moins intéressant. Je pense depuis longtemps que cette famine pourrait être corrélée avec le phénomène el niño… cela constituerait une belle étude.

    • El Niño? Je ne sais pas mais je ne crois pas: le signal El Niño est assez faible en Europe. Par contre, les conditions humides qui ont prévalu ces deux années-là sont très bien étudiées du point de vue synoptique. Essayer de trouver cet article: WIREs Clim Change 2016, 7:433–447. doi: 10.1002/wcc.395 (Climate and famines: a historical reassessment. Philip Slavin). Si vous m’envoyez un petit mot je peux vous le faire parvenir.

    • Comme c’est la première fois qu’il y avait un candidate femme (dit aussi “candidate”) je pensais que, peut-être, nous aurions un effet “hauts talons” qui aurait permis de combler la différence entre Clinton et Trump.

  108. Very useful insights concerning the crop forecast science (and indeed…art).
    Also the book Agrometeorological Cereal Yield Forecasting in Morocco

    Best Regards

  109. Bonjour,
    je viens jeter un coup d’oeil sur votre site car j’ai un exposé a faire en histoire-géographie sur l’émigration Irlandaise et une question me tracasse:
    -Vos références bibliographiques me paraissent douteuses puisque vous dites que vous vous êtes aidé de l’article de Bourke Lambert,qu’il a écrit en 1993 et celui de Adam Smith, qu’il a écrit en 1992. Pourtant ces deux personnes (l’une biologiste britannique et l’autre philosophe et économiste écossais des Lumières) sont morts en1842 et 1790. Alors pourquoi dites-vous qu’ils ont faits ces articles en 1993 et en 1992 ?
    -Et pouvez-vous me dire quand avez vous faits le graphique sur la population en Irlande et au Sud du Royaume-Uni de 1820 à 1880 (en millions)?

    Merci d’avance.

    • Bonjour à vous, Juline!

      ll n’est question nulle part de Bourke Lambert mais de Bourke et de Lamb. Je ne sais pas si votre commentaire ou humoristique ou sérieux, mais à tout hasard, voici des infos sur Austin Bourke, très célèbre météorologiste irlandais décédé en 1995. Hubert Lamb est, quant à lui, un des climatologues britanniques les plus connus du XXème siècle (voir ici). Il est décédé en 1997. Je donne les dates de décès pour confirmer que deux ans avant la mort du premier, ils étaient encore en vie tous les deux et donc tout à fait à même d’écrire un livre conjoint.

      Quand à Monsieur Smith, il s’agit pas de Adam mais de Roger, et comme pour les innombrables Dupont, Dupond, Martin et Bernard, l’histoire ne dit pas leur lien de parenté.

      Pour terminer, le livre de Bourke et Lamb est disponible dans son intégralité ici: La figure 15 est à la page 48.

      Très amicalement, et profitez du beau temps sur la Côte d’Azur!

      • Merci pour votre aide qui m’a été pour le moins très instructive.
        Pouvez-vous quand même me répondre sur ma deuxième question:
        “-Et pouvez-vous me dire quand avez vous faits le graphique sur la population en Irlande et au Sud du Royaume-Uni de 1820 à 1880 (en millions)?”

        Merci encore

      • La date? Mais qu’est-ce ça peut bien faire???
        Ce billet est un vieux machin recyclé utilisé pour un cours à l’Université de L. en 1997-98. Quand je l’ai publié, j’avais l’intention d’en faire qelque chose de plus sérieux un jour ou l’autre. Le tableur dans lequel j’ai fait ce graphique est du 2008-07-23 à 13:42:07. Ne pas oublier les secondes, SVP. La seule chose qu’on puisse dire avec certitude, c’est que le graphique est postérieur à la publication de Bourke et Lamb, soit 1993.

      • Et dernière question, qui est Roger Smith? Sur Internet je ne trouve pas mais on me dit que c’est un acteur!

  110. ? oui, je regarde aussi ce sujet depuis quelque temps. Bel article !
    C’est la troublologie à la mode dans ce post-modernisme actuel.
    à partir d’aptitudes apparemment non souhaitées, la société les dérive des troubles, ce qui est cohérent avec la médiocratie en cours;

  111. Hi, the facts are wrongly narrated, you should double check some parts. The dam, previously privately owned by SADE, was actually nationalized in 1962. It was actually SADE, private company, which filled the dam beyond 700m to maximise profits just before the management change. ENEL, the public company which took over only shortly before the disaster, had to drain the basin for fear of a new landslide, and by doing so actually accelerated the process ( in very simplified terms, but at least closer to the truth).

  112. Bonjour,

    Après quelques années, je relis avec intérêt ce billet fichtrement bien documenté.

    Une chose m’indispose, c’est l’importance donnée aux personnes apparaissant comme créateurs ou auteurs de l’école prussienne. Le soubassement si je peux dire, culturel-anthropologique, historique, disparaît de la sorte dans le récit. Or la comparaison avec d’autres pays montre d’autres chronologies, et un autre contexte dans l’apparition d’une scolarité obligatoire décrétée par les Etats.

    L’émergence précoce de cette institution en Prusse paraît bien, à première vue, propre à une caractéristique qui était un cheval de bataille de Lewis Mumford: la militarisation (…du projet national, du pouvoir, de l’organisation sociale.) Tous les pays qui nous sont philosophiquement proches la partagent, cette militarisation, de même qu’ils partagent un même développement, pas toujours au même rythme, du capitalisme industriel. En conséquence, la précocité de l’enseignement obligatoire en Prusse semble refléter une militarisation plus prégnante de l’Etat.

    La plupart des autres pays déjà acquis à la révolution industrielle imposent un enseignement obligatoire au dernier quart du XIXème siècle, et on peut raisonnablement considérer, non pas que ces sociétés ne sont pas militarisées, mais qu’une utilité économique de l’enseignement, tant pour disposer d’une main-d’oeuvre alphabétisée qu’uniformisée et docile, a fait pression sur cette évolution.
    L’élément neuf, c’est l’utilité économique de l’alphabétisation.
    La docilité, l’obéissance, l’uniformisation, sont des besoins très anciens, qui n’ont pas suffi dans la plupart des pays à recourir à l’instruction obligatoire…

    Il faudrait peut-être chercher une autre spécificité prussienne, dans la place que la religion occupe en ce pays. C’est en tout cas un point que soulève l’historien français Albert Sorel (1842-1906) en 1872 – et sur lequel pour ma part et pour le moment, je n’ai pas d’idée. Sorel avait passé un an en Allemagne dans ses années de formation.

    PS: Sorel, qui notait que des soldats plus instruits pouvaient faire une armée plus victorieuse, demandait déjà “A quoi (…) a servi cette instruction vantée, sinon à dévaliser avec plus d’ordre (…), à incendier avec plus de méthode, à bombarder plus sûrement”, parlait avec quelque prescience d'”insupportable prétention à civiliser la guerre” et de “Vandales élevés à l’Ecole Polytechnique”. https://www.jstor.org/stable/44732507?seq=4#metadata_info_tab_contents, page 283.

  113. Je lis ce billet et cette discussion en cherchant autre chose sur le site…

    Une chose me paraît sûre, c’est à quel point les facteurs historiques, éducatifs, culturels au sens anthropologique, sont majeurs dans cette supposée évolution de la jeunesse au regard des explications génétiques. Ici, culture (ou acquis) 1 – génétique (ou inné) 0. Un élément sans doute majeur dans le processus réside dans les évolutions non pas technologiques mais techniques.

    Une deuxième chose ne me paraît pas loin de la certitude non plus, c’est que les plaignants sont âgés, et qu’en termes de générations, ce sont les anciennes qui forment et les nouvelles, et le monde dans lesquelles ces dernières sont amenées à vivre longtemps et à commencer leur âge adulte. “Les vieux” n’ont jamais voulu faire autre chose que ce monde dont héritent “les jeunes”, et ces derniers sont venus au monde sans avoir rien demandé. (Ce qui est vrai à toute époque, une variable étant le degré auquel chaque génération a le sentiment d’avoir pu choisir.) À partir de là, le problème reste entier.

    Il faut bien parler de “culture générale”, et pas de “culture” tout court. LA culture générale reste un objet contingent, socialement et historiquement daté.
    En supposant la plainte recevable, la jeunesse d’aujourd’hui sera-t-elle moins armée face aux défis qui l’attendent, que les baby-boomers ne l’ont été face à ceux qui ont été les leurs (proches de zéro?) ?
    Plus de douze ans après la parution de ce billet, il m’apparaît qu’une partie de la jeunesse d’aujourd’hui témoigne de plus de réactivité face à la muraille climatique que la grande majorité des plus de quarante ou cinquante ans.

  114. Petit problème de virgules et de points :

    271,922,690 million hectolitres
    is listed as 260 million hectolitres,

    • Merci,je corrige. La prochaine fois que tu passes par ici, par hasard ou à dessein, je t’emmène à Barolo! C’ est dur à vélo, mais ça vaut le coup d’ oeil.

  115. Articolo tanto interessante quanto piacevole alla lettura. Ciò denota oltre la competenza del Ns scrittore René, anche una passione nella materia vinicola. È stato un privilegio trascorrere quella giornata in Vs. compagnia.
    Un abbraccio.
    Andrea

  116. Shelford, like me, is squeamish about the idea of ADHD as some kind of superpower. Yes, if you can harness the chaotic torrents of thought, there is the potential for great things to be achieved. But for every Heston Blumenthal – who will be talking about his ADHD at this conference – there are probably hundreds of budding chefs with the condition who, unlike Heston, never managed to make it work in their favour. Also, let’s not forget this potential for high achievement cuts both ways. For every Albert Einstein, there will be a Vladimir Putin – and I’m serious about the latter; I know a good cognitive behavioural therapist who could help him out, if he’s interested. I digress; it’s in my nature to do so. The key point is that, as ever, it generally depends on which side of the tracks you are born. ADHD can be hell whichever side you hail from, but if it’s the wrong side, being unrecognised and untreated, your symptoms are more likely to lead you into the darkest places.

    Source: https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/oct/05/i-met-a-man-from-an-adhd-charity-and-it-was-like-meeting-myself-ideas-thoughts-and-half-thoughts-tumbled-out

  117. Super intéressant comme vision globale . Quant au gusto americano , je t’invite à approfondir le sujet dans un prochain blog car la mention que tu en fais mérite d’être mieux expliquée pour que l’on en comprenne les implications au-delà du simple goût. La majorité des vins ont des sucres résiduels ( de 1 à 2,5 gr /L ) à la fois pour répondre aux choix des consommateurs ( rien de rationnel là dedans mais fondamentalement il y a des préférences liées à la biologie de notre système gustatif ) et “arrondir” la saveur à la dégustation et/ou….cacher certains aspects d’une vinification en quête d’optimalité . Le vin que je fabrique n’a pas de sucre résiduel car levures et bactéries oeuvrent sans retenue pour la fermentation alcoolique et malolactique.

    • Merci, Michel
      Un avis circonstancié d’un produteur de vin! Comme je le disais, je collectionne depuis longtemps de la documentation sur le concept très subjectif de “qualité” du vin. Voici ma conclusion du moment: ce qui définit la qualité d’ un vin, c’ est son prix. Et vice versa. Prix = qualité = prix. Même et surtout quand on inclut la publicité dans le coût de production. Logiquement, ça ne vaut pas pour les vins reçus en cadeau, comme ces bouteilles de blanc reçues du voisin d’ un ami commun de Vigne di Narni.

  118. A new recent paper on the subject

    Brødholt ET, Gautvik KM, Günther C-C, Sjøvold T, Holck P (2022) Social stratification reflected in bone mineral density and stature: Spectral imaging and osteoarchaeological findings from medieval Norway. PLoS ONE 17(10): e0275448. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0275448

  119. Je me fais un commentaire à moi-même: Je suis “sur le cul”, en quelque sorte, parce que viens de tomber sur une info sur les collemboles. C’ est ici.

    Ce n’ est pas vraiment l’info sur les collemboles qui me scie, c’ est le fait que les collemboles ont été désinsectisés et pancrustacisés. Les petits insectes blancs sauteurs que nous récoltions dans les feuilles mortes, c’ était pas des insectes! J’ ai aussi dans ma tête “Insectes = Hexapodes“. Ben, c’ est plus juste non plus. Les collemboles sont donc devenus des Pancrustacés, pan = tout. Les pancrustacés doivent être une espèce de catégorie fourre-tout.

    Comment ça a pu m’ échapper? Evidemment, ce n’ est pas tous les jours qu’ on entend parler de collemboles… mais quand même, ce n’ est pas un groupe confidentiel comme les tardigrades!

    C’ est vexant!

  120. Y’a pas besoin d’hypothèse. Le F16 contient très officiellement un petit réservoir d’hydrazine. Pourquoi? Parce que toute l’électricité du F16 est fournie par une dynamo connectée au réacteur. Si le réacteur s’éteint, il n’y a plus courant, ce qui est un particulièrement gros problème dans le cas du F16, parce qu’il a une stabilité négative. Traduction: si des ordinateurs, et une plate-forme inertielle, ne veillent pas en permanence à sa stabilité en vol, il est impossible au pilote de maintenir l’avion dans sa trajectoire. L’avion va immédiatement faire comme ceux des petits avions en papier que tu faisais quand tu étais enfant et qui au lieu de voler faisaient une suite de cabrioles désordonnées. Donc, au cas où le réacteur s’éteint, ce qui arrive à l’occasion et pas seulement face à l’adversité, il faut une source de courant très puissante et qui dure un temps suffisant pour permettre que le pilote s’éjecte, dirige d’abord l’appareil vers une zone inhabitée, ou termine un atterrissage en vol plané. Pour cet usage, la majorité des avions de ligne contiennent deux dispositifs. Une sorte de groupe électrogène à turbine, qu’on peut même utiliser au repos dans les aéroports si nécessaire, et une petite éolienne robuste qui se déplie des flancs de l’avion, en dernier recours en vol. Pour économiser à la fois du poids, du volume et de la difficulté d’entretien, le F16 se contente d’un réservoir d’une vingtaine de litres d’hydrazine. En cas de nécessité, cette hydrazine est injectée dans un catalyseur, qui la fait se décomposer en gaz chauds, ces gaz sont ensuite envoyés dans une turbine miniature, qui fait tourner une dynamo et zou tu as du courant, beaucoup de courant, de façon très fiable.

  121. Partial screen capture of image illustrating NYT article
    On 2022-12-17, before the final of the Soccer World championship in Qatar, the New-York Times had an amazing article:

    Behind Argentina’s World Cup Magic, an Army of Witches

    France might have its star Kylian Mbappé, but Argentina has hundreds of “brujas” casting spells to protect Lionel Messi and the rest of its national squad.

    A quote: In recent weeks, hundreds, if not thousands of Argentine women who call themselves “brujas,” or witches, have taken up arms — in the form of prayers, altars, candles, amulets and burning sage — to protect their nation’s beloved soccer team in its quest to secure a third World Cup title and its first in 36 years.

    Click here to read the article.

    You may also enjoy this old 2011 Spiegel article: Burned for Spoiling Beer
    Germany Rehabilitates Its Persecuted ‘Witches’

    • Merci! Il me semble qu’ on est pas à la fin des hypothèses sur causes de la résistance du béton romain. Ça me rappelle l’ histoire des canons de marine anglais en fer que raconte Cipolla dans Guns, Sails, and Empires: Technological Innovation and the Early Phases of European Expansion, 1400- 1700. Tout le monde connaissait leur qualité supérieure ainsi que leur grande légèreté par rapport aux canons de bronze, mais personne ne savait le pourquoi.

      Je suis allé voir l’ article sur le site de Nagoya University. L’ article est téléchargeable, pour ceux que ça intéresse… Ce que je trouve très amusant, c’ est que comme nos six auteurs, ils ne ,manquent pas de jouer la corde climatique: The finding could help scientists develop stronger and more eco-friendly concrete.

      R.

      • Le physicien qui m’a parlé n’a rien à voir avec l’article et notre conversation remonte à une douzaine d’années. Si mes souvenirs sont exacts, il m’a dit en gros ceci : Le béton des centrales nucléaires n’a, au mieux que quelques décennies, donc i est difficile de prévoir son évolution. Par contre, on peut voir les bétons romains sur 2000 ans ou plus et donc étudier leur vieillissement de manière très fine. Il y a donc des leçons à tirer pour améliorer le béton des centrales.